Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Attaché de Presque de et par Lionel Aknine au théâtre Les Feux de La Rampe

Publié par Le Blog De La Blonde sur 19 Novembre 2014, 10:00am

Attaché de Presque de et par Lionel Aknine au théâtre Les Feux de La Rampe

Lionel Aknine a d'abord été comédien puis un jour, alors qu'il était confronté à un problème financier passager, un ami lui a proposé de devenir attaché de presse dans la musique. Classique, la musique.

Parachuté un peu malgré lui dans ce milieu très particulier dont il ne connait pas vraiment les ficelles, pour exercer une fonction qu'il ne connait finalement pas plus que ça, il accepte cependant ce CDI tombé du ciel.

S'en suit une période, qu'il reconnaît plutôt courte, au cours de laquelle il tente de faire de son mieux auprès des artistes et de la presse spécialisée mais sans grand succès.

Ses plaisanteries semblent déplacées, ses maladresses sont nombreuses et il finit par admettre qu'il n'est pas vraiment à sa place dans le milieu de la musique classique.

Aussi, lorsqu'on lui propose d'assurer la même fonction mais dans le domaine de la pop, il accepte avec enthousiasme, devinant qu'il y sera plus à son aise.

De fait, ses pointes d'humour passent mieux et le voilà confronté à celles, moins subtiles, de ceux qui l'entourent.

De rencontres improbables en tours de force mémorables (mention spéciale à sa gestion parfaite du « personnage » Lou Reed), de conférences de presse rondement menées en interminables transactions téléphoniques, Lionel Aknine raconte avec tendresse ce qui a fait son quotidien pendant de longues années.

On y découvre, sourire aux lèvres, les personnages attachants qui peuplent son petit monde, monde que la plupart des gens (ceux qui n'ont pas eu l'occasion de jeter un œil derrière le rideau) ont tendance à idéaliser. Il prend le parti de rétablir la vérité.

Non, être attaché de presse ne se résume pas à serrer la main des journalistes classieux envoyés par les plus belles rédactions parisiennes toute la journée, pas plus qu'à profiter tant qu'on le peut de l'open bar pendant les concerts ou à envoyer des Cd, non.

Attention, ça fait partie du métier et ces activités trouvent leur place dans le spectacle mais Lionel Aknine semble prendre un vrai plaisir à faire découvrir au public venu l'écouter, l'envers du décor. D'anecdotes croustillantes en scénettes hilarantes (le passage sur « le badge de festival » a eu raison de mon sérieux), le spectacle propose un tour d'horizon personnel et amusant du "milieu".

Ce n'est pas une caricature, non, mais une peinture assez juste finalement, d'un métier qui comme les autres, a ses hauts et ses bas.

Un métier où l'on cotoie des étoiles au quotidien, ça fait rêver, forcément. Lionel Aknine, dans « Attaché de Presque », loin de l'aigreur qui alimente les réseaux sociaux pour faire le buzz ces derniers temps, adopte un ton léger et égratigne sans jamais chercher à écorcher, se moque gentiment sans jamais railler et c'est franchement plaisant.

Parmi toutes les anecdotes, chacun trouvera son compte, y compris les « novices » car l'artiste prend soin de tout expliquer des détails plus ou moins techniques spécifiques à sa fonction.

On sort de ce spectacle le cœur léger et le sourire aux lèvres, soulagé par la confession du dernier instant (qui concerne Shakira, je n'en dis pas plus, si tu y vas tu auras une pensée pour moi à la fin, comme ça).

Lionel Aknine dresse un portrait tendre de sa profession, sans rancoeur aucune même lorsqu'il évoque l'absence totale de reconnaissance du travail accompli pendant des années auprès de ceux qu'il a épaulés. Souriant, toujours, de cet oubli récurrent de l'attaché de presse dans les remerciements.

On se dit qu'il le tient ici, son petit moment de gloire, sa reconnaissance après coup : Ses efforts désormais rendus publics lui attirent la sympathie d'une foule chaque soir plus nombreuse.

Rien à ajouter si ce n'est « quel beau métier ! »

A retrouver tous les vendredis et samedis soir jusqu'en mars 2015 au théâtre des Feux De La Rampe. Réservation possible ici.

Allez-y!

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents