Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


"David Bowie is" à la Philharmonie de Paris, riche mais très lisse

Publié par Le Blog De La Blonde sur 27 Avril 2015, 14:09pm

Catégories : #musique, #culture

"David Bowie is" à la Philharmonie de Paris, riche mais très lisse

Il est passionnant ce personnage de David Bowie, c'est indiscutable.

Artiste aux multiples facettes qui n'a cessé de faire évoluer son image au fil de ses rencontres artistiques, de ses lectures ou encore de l'actualité, ce musicien hors-norme semble avoir changé de peau sans cesse au cours de sa carrière. Suivre son évolution est une expérience exaltante d'autant que le parti pris de ce "David Bowie is" est de ne pas restituer l'évolution de sa carrière suivant un ordre chronologique mais en explorant les différents aspects de la vie de David Bowie, l'artiste.

Oui car David Bowie n'est pas un mais plusieurs. Il semble avoir réussi l'improbable pari de vivre plusieurs vies en une seule, de conjuguer plusieurs passions en même temps sans jamais que l'une ou l'autre n'en souffre mais en parvenant à ce qu'elles se nourrissent les unes des autres.

L'exposition présentée à la Philharmonie de Paris permet de revenir sur ses innombrables sources d'inspiration, sur ses explorations en tous genres (le corner ciné est parfait), sur ses voyages et ses accointances artistiques. Entre autres.

On y découvre des pièces rares et on relève au passage que l'artiste est sans doute un collectionneur compulsif tant le nombre d'objets présentés et leur variété sidère. Chacun a ainsi l'impressionner de pénétrer un peu l'univers intime du musicien, du poète, du peintre et du comédien. C'est plutôt une bonne chose d'ailleurs : On sort de là en ayant une idée assez précise de tout ce qui a construit "la légende Bowie".

Oui car c'est bien de cela qu'il s'agit.

Cette expo, fort intéressante c'est incontestable, est une sorte de monument à la gloire d'un artiste incomparable et semble prendre le parti de ne mettre en avant que les éléments positifs de la vie et de la carrière du grand Bowie.

C'est peut-être là qu'on trouvera matière à émettre un regret, s'il le fallait : impossible de ne pas se dire qu'il aurait été intéressant de mettre en avant les facettes plus sombres de l'artiste.

Vaguement évoqué, toujours rapporté à un élément positif qui a su faire avancer son projet et nourrir sa musique, le côté sombre de Bowie n'apparait jamais vraiment; de même, les réactions de ses détracteurs ne sont jamais vraiment mentionnées et pourtant il est intéressant de considérer que cet homme qui a pu un temps déranger par son attitude et son audace en décalage avec la société dans laquelle il évoluait, est aujourd'hui reconnu par tous comme un immense artiste.

J'ai ressenti la même frustration, en sortant de cette expo, qu'à la fin du visionnage du "Saint Laurent" de Jalil Lespert qui m'a fait l'effet d'une sorte de vidéo (anormalement longue) à caractère promotionnel se permettant d'occulter (ou se contentant de les effleurer) certains aspects troubles de la vie de ce créateur de génie qu'était Yves Saint-Laurent, pour ne pas en ternir l'image.

C'est une question de point de vue, ça va de soi mais on sait que la plupart des grands artistes (tous?) ont derrière l'image bien lisse qu'ils mettent en avant au cours de leur carrière, une vie qui mêle lumière et obscurité. L'exploration de ces recoins moins reluisants fait partie du jeu et permet de mieux cerner ce que sont les hommes derrière les personnages médiatiques. J'avoue, j'aurais vraiment aimé pouvoir toucher du doigt cette bipolarité en parcourant l'expo.

David Bowie a souvent dérangé au cours de sa carrière : les bien-pensants parmi ses contemporains, les conservateurs de tout poil... et cet aspect là n'est souvent qu'effleuré (pourtant on ne peut s'empêcher de se dire qu'il en ressortirait grandi, l'histoire lui ayant donné raison et lui ayant permis d'accéder au rang d'artiste précurseur).

Dommage -selon moi- que l'expo soit amputée de cet aspect de la vie de Bowie mais il est impossible de ne pas saluer la richesse de cette belle exposition et son originalité malgré son caractère mégalo parfois dérangeant (selon toute vraisemblance, c'est parfaitement assumé) (voire revendiqué)(ne serait-ce que par le nom attribué à l'évènement "David Bowie is", récurrence qui sert de prétexte à vanter les innombrables talents de l'artiste du début à la fin de la déambulation). Simplement, on aimerait pouvoir comprendre davantage qui est l'homme derrière l'artiste, connaitre quelques unes de ses failles, ce qui le rendrait sans doute plus humain. Ill s'agit au cours de cette expo de parler de Bowie, pas de David Robert Jones...Frustration.

La scénographie de l'exposition, par exemple, mérite d'être saluée : ici un mur d'écrans hypnotiques qui diffusent des images des différentes périodes de la vie de l'artiste, là des collections de vêtements qui ont marqué l'imaginaire collectif, plus loin un tourbillon de livres suspendu... tout est là pour capter l'attention et attirer l'oeil où il n'avait pas prévu de vagabonder. Tout le long du parcours, on en prend plein les yeux ... et les oreilles! Le casque audio remis à l'entrée à chaque visiteur permet en effet de suivre les interviews diffusées dans les différentes salles dans d'excellentes conditions (en VO mais le sous titrage est disponible sur les écrans installés sur les murs de chacun des espaces) mais aussi de s'immerger dans la musique de l'artiste. Indicible bonheur que celui qui nous envahit lorsqu'en franchissant une porte un titre mythique de Bowie emplit tout l'espace. Formidable trouvaille.

Bref, l'expo "David Bowie is" est sans aucun doute un des incontournables du moment. Le site en lui-même d'ailleurs, cette incroyable Philharmonie, justifie le déplacement. Cet étonnant vaisseau aux allures extraterrestres posé sur le sol de La Villette est absolument fascinant et on ne pouvait rêver mieux comme endroit pour accueillir une exposition retraçant le parcours de cet "homme qui venait d'ailleurs".

Je termine comme toujours en musique et pour te prouver que l'expo te fera sans doute découvrir des pépites dont tu ne soupçonnais pas l'existence, je partage avec toi ceci, à savoir une interprétation en français, par David Bowie himself, de son tube "Heroes". Enjoy! (enfin...)

Attention l'expo se tient jusqu'au 31 mai à Paris. C'est un peu maintenant ou jamais pour en profiter (il vaut mieux réserver) : c'est par ici.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents