Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Ci-gisent mes illusions et la grande idée que je me faisais de l'Ecole

Publié par Le Blog De La Blonde sur 22 Mai 2015, 20:31pm

Ci-gisent mes illusions et la grande idée que je me faisais de l'Ecole

Quand j'ai choisi de faire de l'enseignement mon métier, il m'est apparu comme une évidence que ce serait en SVT. 

Le choix de cette voie professionnelle n'a pas été automatique mais à un moment de ma vie, j'ai fini par me demander ce que je désirais vraiment faire au quotidien, quelle place dans la hiérarchie de mes valeurs occupait mon épanouissement personnel. Comme j'ai très vite réalisé que la satisfaction du besoin de me sentir utile se placait bien avant la recherche d'une rémunération qui crève le plafond, j'ai orienté mon choix vers les concours de l'Education Nationale.

Si sur le moment ça ne m'a pas traversé l'esprit, avec le recul, je réalise qu'il y avait sans doute un désir inconscient de transmettre ce qui m'avait été offert par certains de mes professeurs au cours de mes propres études.

Je viens d'un milieu modeste : famille monoparentale installée dans une cité de la banlieue sud (Villeneuve Saint Georges, quartier nord)(hardcore), l'école a été pour moi une réelle ouverture sur un monde qui me serait resté -sans elle- inaccessible.

Inutile de se mentir, au collège, c'était parfois compliqué niveau gestion des classes mais des profs étaient là, vaillants, gardant le cap malgré les difficultés, donnant de leur personne sans compter pour transmettre un peu de leur savoir et insuffler aux plus motivés l'espoir de s'extraire de leur milieu pour tenter de viser un peu plus haut, par le travail.

Mes profs, ce sont un peu les héros de mon enfance (après ma mère, BIEN ENTENDU)(à côté de ma mère, superman côté super-pouvoirs, c'est rien qu'un freluquet).

J'ai sans doute -en choisissant cette voie- voulu tenter de reproduire les petits miracles auxquels on a tous assisté pendant certains cours : la félicité de celui qui, par un cheminement intellectuel plus ou moins sinueux, finit par comprendre, l'euphorie de la curiosité suscitée puis satisfaite, l'intense satisfaction générée par le sentiment de pouvoir alimenter seul, une réflexion basée sur des principes qui jusque là nous étaient inconnus, le plaisir d'entretenir une conversation intellectuellement stimulante avec des camarades dont la motivation égale la sienne...

 

​Je me souviens très bien du jour où j'ai été reçue à l'agrégation. De l'explosion de joie, du sentiment d'accomplissement qui m'a envahi; pourtant, tout restait à faire...

Combien de travail, combien d'heures de souffrance, combien d'années de jeunesse sacrifiées pour en arriver là?

Impossible de les dénombrer mais une chose est sûre, le total fait mal.

La filière qui préparait alors à enseigner en SVT était lourde. Très lourde. Nous enchainions les TP (Travaux Pratiques) de 4 heures toute la semaine et les heures en amphi ne nous étaient bien entendu pas épargnées.

J'enviais ceux de mon âge qui avaient choisi d'autres filières qui leur octroyaient nettement plus de temps pour profiter de leurs plus belles années mais c'était un choix malgré tout assumé : je n'avais pas envie d'enseigner sans support d'observation, sans contact avec le réel, sans manipulation.

Si l'enseignement des SVT nécessite une formation lourde, qu'il en soit ainsi : j'ai poursuivi.

En choisissant d'enseigner je renonçais à la possibilité de vivre dans un confort matériel ++, certes, mais l'idée que j'allais pouvoir me sentir utile chaque jour de ma vie professionnelle suffisait à mon bonheur à ce moment précis de ma vie.

 

 

Je me souviens très bien, aussi, de ma première année.

Tout juste titulaire de mon concours, j'ai enseigné pendant un an les SVT au lycée Louis Le Grand, à Paris (un des plus prestigieux lycées de France)(LE plus prestigieux?).

Je me souviens de l'effervescence intellectuelle dans les classes, du dynamisme des élèves, de leur motivation jamais entamée, de leur enthousiasme contagieux et aussi de cet instant précis, où, en milieu d'année, je me suis mise à douter de mon utilité.

Ces élèves là, clairement, n'avaient pas besoin de moi.

Ils préparaient dans leur livre les séances de TP avant d'arriver, apprenaient par coeur des pages entières de cours en complément de ce que je leur donnais à travailler et me rendaient des tas d'exercices supplémentaires toujours parfaits pour se rassurer (et sans doute aussi m'impressionner).

J'animais pour eux les séances prévues par mon emploi du temps mais il est clair qu'avec ou sans moi, ils auraient réussi tout aussi brillamment.

Alors que j'occupais un poste très envié, j'osais formuler des problèmes existentiels sur l'air du "et si finalement ça n'était pas ça que je voulais..." et j'aspirais à me voir confier une "vraie"mission.

 

Au terme de cette année "à part", j'ai reçu ma première affectation en poste fixe.

Fraichement titularisée, mon poste ne m'était plus attribué en fonction des points que ma place au concours me rapportait mais c'étaient les "points familiaux" qui prenaient le dessus. J'ai alors 23 ans, je suis célibataire sans enfant, j'atterris donc au lycée Marcel Pagnol d'Athis-Mons, dans le 91.

Je sors d'une année de pratique de mon métier (accompagnée par une tutrice épatante et les formateurs de l'IUFM de l'académie de Paris), je me sens fin prête.

Arrive mon premier jour qui se termine par une heure de cours en classe entière, en toute fin de journée (35 élèves de seconde, surexcités)(pléonasme?).

L'épreuve.

Je me sens débordée, je tiens tant bien que mal la classe mais quand je referme la porte sur le dernier élève je fonds en larmes et je m'adresse -entre deux sanglots- cette pessimiste sentence  : "je ne vais jamais y arriver".

 

 

Je rentre chez moi penaude, dans un RER crasseux, qui sent mauvais qui plus est.

Tout alors me semble recouvert d'un voile terne, comme assombri; mon avenir s'obscurcit soudain. Ma carrière, à peine commencée, est déjà terminée. La résignation qui m'envahit ce soir là me semble insurmontable et deux options seulement me semblent alors envisageables :

- démissionner. Plutôt mourir.

-accepter de devenir un de ces profs systématiquement bordélisés comme j'ai pu souvent en croiser au cours de mes études. Plutôt mourir.

 

Après une nuit de cogitations, sans sommeil, je décide de reprendre la situation en main. J'opte pour une conduite de classe radicalement différente, je fais le deuil de la classe idéale qui n'existe que dans mes rêves (et au lycée Louis-Le-Grand, accessoirement) et j'attaque chaque cours glaciale, d'une sévérité à toute épreuve, sanctionnant la moindre petite incartade.

A la fin de la journée je suis épuisée mais force est de constater que la méthode a payé : aucun élève ayant essayé de se faire remarquer n'a eu le temps de polluer l'ambiance de travail, les limites que j'ai fixées ont été respectées, tout s'est bien passé.

J'ai la chance, alors, d'être dans un établissement où CPE et surveillants mènent la vie dure aux élèves perturbateurs, le genre de lycée où les profs se sentent parfaitement secondés. Ca aide.

Alors que je m'apprête à faire le deuil d'une ambiance de travail détendue et agréable et à entrer à tout jamais dans la peau de cette odieuse gorgone dont j'endosse le costume avant chacune de mes séances, je réalise qu'une fois les règles nettement fixées et après quelques premières semaines épuisantes à sanctionner à tour de bras ceux qui sortent du rang (ou essaient de le faire), tout va mieux. J'ai trouvé mon équilibre. A peu près.

Ca fait maintenant 15 ans que j'enseigne et je peux dire que j'ai vu très nettement le changement opérer en lycée.

Les élèves ne sont plus tout à fait les mêmes, c'est un fait. Mais ce n'est pas spécialement de ça dont j'ai envie de parler.

(Comme je n'ai envie de parler que de ce que je connais, d'ailleurs, je vais me contenter de parler de l'évolution de ma matière).

 

Côté SVT, la matière que j'ai choisi d'enseigner, donc, ça a pas mal bougé. En classe de seconde, chaque élève avait -il y a 15 ans- droit à 1h de cours par semaine et 1h30 de TP. Lors du dernier changement de programme, l'Education Nationale a fait des économies sur notre dos et nous a supprimé cette heure de cours hebdomadaire en soulignant que c'était la condition pour que nous conservions nos heures de TP en demi-classe (18 élèves). Soit.

Les programmes sont chaque fois de plus en plus ambitieux, il a donc fallu faire passer plus de notions, toujours aussi complexes, avec une heure de moins par semaine. Situation compliquée.

On nous a expliqué gentiment que c'était le prix à payer pour maintenir notre enseignement de pratique expérimentale. Cette partie de notre enseignement, c'est un peu la raison pour laquelle tous les profs de SVT en ont bavé pour réussir le concours, donc on a fini par accepter. Résignés.

 

 

Quelques années plus tard, on nous a expliqué qu'il fallait organiser une épreuve de TP pour le bac, que cette épreuve serait gérée "en interne" (comprenez que ce sont les profs qui préparent les commandes de matériel, testent les TP, organisent les tirages au sort, gèrent les convocations, assurent les surveillances et évaluations des épreuves). OK.

On a applaudi l'idée d'évaluer ces compétences qui occupent une place centrale dans notre enseignement mais notre sourire s'estompe quand on apprend que "malheureusement il n'y a aucun budget". Comprenez "vous allez devoir bosser de nombreuses heures en plus pour rien". Bénévolat mon amour.

Là, ça va 5 minutes, la plupart des enseignants, bien que séduits par l'idée, réclament une indemnisation (même forfaitaire).

Rien.

Nada.

Walou.

Devant le risque que cette nouvelle épreuve du bac ne puisse pas être mise en place comme prévu, est venu le temps du chantage : "cette nouvelle épreuve, c'est la seule façon de justifier le maintien de vos TP en classes dédoublées en seconde; sans elle, vous devrez y renoncer" entend-on de la part des inspecteurs disciplinaires lors des réunions pédagogiques.

Les enseignants de SVT se plient aux ordres venus d'en haut et travaillent pour rien, des heures durant fin mai-début juin en échange de la promesse du maintien de nos TP à 18. Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent...

 

 

Cette année, on a appris que les dissections c'était terminé.

Une partie de notre enseignement s'est retrouvée amputée mais on nous a expliqué gentiment (toujours, rien ne passe jamais en force, les profs c'est des gentils, tu leur parles gentiment ils finissent par flancher, il suffit de leur faire le coup de la sincérité) que non-non-non ce n'est pas une question de budget, on y pensait depuis longtemps, législation européenne, blablabla ça suffit maintenant, fin de la discussion".

 

Cette année toujours, dans mon lycée, devant le constat de la difficulté à gérer les classes entières (de 35 élèves) par la plupart des enseignants, certains profs ont décidé de limiter les effectifs des classes de seconde à 24 élèves.

Parfait.

Honnêtement, ça ne serait pas un luxe, vu que les profils d'élèves qu'on accueille sont de plus en plus compliqués à gérer. Sauf que, bien entendu, qui dit limitation des effectifs dans une classe dit augmentation du nombre de classes (on passe de 24 secondes à 35) donc besoin d'un nombre d'heures d'enseignement plus élevé pour assurer les cours.

Une fois le projet entendu, le lycée fait donc une demande au rectorat qui nous répond ce qu'on entend depuis plusieurs années déjà "nous avons bien entendu votre requête et nous trouvons le projet intéressant ...blablabla...mais nous sommes au regret de vous annoncer que nous n'avons pas d'heures (donc pas d'argent) à vous attribuer" (traduction : "allez crever avec vos idées à la con, démerdez-vous avec vos classes à 35, on n'a déjà plus un rond, les caisses sont vides c'est pas le moment de demander à racler le fond").

Classique.

 

D'ordinaire, ce genre de refus aurait entrainé une série de réactions : d'abord une information des parents qui auraient été favorables au projet (des classes allégées c'est la promesse de meilleures conditions d'enseignement) et auraient apporté leur soutien au mouvement qui aurait suivi : de petites interventions ponctuelles jusqu'à des grèves répétées voire un blocage de l'établissement afin de faire entendre notre voix auprès du rectorat; les médias auraient été invités à couvrir l'évènement et soit nous n'aurions rien obtenu et nous aurions abandonné ce projet, la mort dans l'âme, soit nous aurions fini par récupérer des heures et tout le monde aurait été content.

 

Aujourd'hui, les choses ont changé.

Les matières qui ont cours avec des classes à 35 ont décidé que pour financer le projet, puisque le rectorat ne voulait rien leur attribuer, il fallait demander au près du chef d'établissement de passer les groupes de TP de Sciences Expérimentales dédoublés à 24 au lieu de 18 et récupérer les heures ainsi libérées pour financer leur belle idée.

Ahurissement total.

Le projet doit être voté en CA et vu que la majorité va l'emporter étant donné que les profs de sciences expérimentales sont peu nombreux, ça va passer.

 

L'heure de cours perdue il y a quelques années, l'épreuve de TP de bac pour laquelle on a tous recommencé à travailler encore cette année, les bacs blancs (3 dans l'année donc 3 sujets à pondre + 3 corrigés, 35 copies de 3h30 à corriger chacun) qu'on fait passer sans rémunération depuis des années aux élèves de terminale... tous ces efforts consentis pour le maintien des TP : oubliés.

Bien sûr les contraintes sont maintenues mais c'en est fini pour les TP de SVT en seconde.

24 élèves en terme de conditions de sécurité ça devient très très compliqué (déjà qu'à 18 c'était déjà sport parfois à gérer)(coucou les 24 ados armés de scalpels) et de toute façon même pour les séances sur poste informatique 3 à 4 élèves par poste c'est le grand n'importe quoi (un élève = un clavier, les 3 autres baillent aux corneilles en attendant patiemment la fin de la séance).

Joie.

Ajoute à ça que ça va doubler le nombre de classes de seconde par prof de SVT : deux fois plus de copies, deux fois plus de bulletins à remplir, deux fois plus de conseils de classe, deux fois plus d'énergie bordel, pour ce niveau de seconde et tout ça pour pas un rond.

Rien.

Aucune forme de dédommagement.

Vous vous êtes bien fait enfler, merci, bonsoir. Rentrez chez vous et revenez demain, souriants, accomplir votre devoir.

 

Aujourd'hui, on a eu droit à une réunion.

Ouais.

Un truc officiel avec le chef d'établissement, son adjoint, l'intendante et tout.

Tu sais quoi?

Ils nous ont gentiment expliqué le projet, combien c'était mieux pour les élèves (d'avoir moins de sciences, donc, pour pouvoir travailler en groupes réduits en français)(coucou la sale hiérarchie des matières qui te laisse penser que "tu peux aussi bien démissionner ça sera pareil, les matières importantes ça va, on les connait"), combien ça va résoudre tous les problèmes de bordélisation des cours (oui, oui bien sûr, les emmerdeurs des groupes à 35 ils vont se tenir bien s'ils ne sont que 24, ça va tout changer)(oui, oui)(et la marmotte...), combien les élèves vont mieux comprendre leurs emplois du temps maintenant qu'il n'y aura plus du tout de groupes dédoublés...

Là, tu as beau objecter qu'il faut quand même repenser sa place en seconde générale quand à 15 ans tu n'es pas foutu de lire un emploi du temps avec deux groupes dedans (sachant que toi tu n'es que dans un des deux groupes), que les élèves perturbateurs se gèrent par des sanctions disciplinaires systématiques et dont la sévérité augmente graduellement et n'ont jamais été calmés par le fait d'être placés dans des groupes moins nombreux (j'ai souvenir d'une classe de première S bardée d'affreux l'an dernier qui a fait faire des cauchemars à une de mes collègues pourtant bien méritante : ils étaient seulement 18, en TP et classe entière et pourtant... ils lui ont couté bien plus d'énergie que d'autres classes de même niveau à 35)(bref), que préparer des élèves à une épreuve de TP de bac déjà qu'en trois ans c'était chaud, ça devient mission impossible en seulement deux ans et que l'attrait des Sciences si tu ne fais pas de TP de Sciences, va en prendre un sérieux coup et qu'on ne pourra plus recruter pour remplir les classes de première et terminale scientifique, tu n'obtiens rien d'autre qu'un hochement de tête compatissant, un sourire mielleux et un silence qui en dit beaucoup trop long sur la grande fumisterie qu'est en réalité cette réunion.

Il en est ainsi dans l'Education Nationale aujourd'hui : non contents d'avoir lessivés les profs en leur demandant de travailler toujours plus sans les payer à hauteur de leur investissement personnel, on s'amuse à empêcher les matières de fonctionner, à empêcher les profs de transmettre ce pourquoi ils ont été formés.

 

L'administration a réussi à imposer son projet en utilisant un vieux ressort qui a déjà fait maintes fois ses preuves "diviser pour mieux régner". En français, maths, langues vivantes, SES... : "vous voulez travailler avec 24 élèves plutôt que 35? Votez pour qu'on supprime les TP de SVT". Et hop, le couperet est tombé. DCD.

 

Voilà. RIP mes idéaux. Ma motivation. Mon dévouement.

 

Ce soir je suis amère et si j'avais un plan B, clairement, j'irai jeter à la figure du proviseur ma démission.

 

Il avait l'air bien embêté, ceci dit, empêtré dans ses contradictions cet après-midi.

Je n'envie pas sa place mais si il croit qu'on ignore les primes que reçoivent les chefs d'établissement lorsqu'ils arrivent à faire passer en force ce genre de nouveaux projets, il nous sous-estime. Malgré tout j'étais bien triste de voir cet homme se plier à ce genre de pratique pour des raisons sans doute essentiellement carriéristes (et financières). Il n'y a personne à envier dans ce drame ci. Ni les collègues qui ont accepté de sacrifier notre matière pour gagner en confort dans les leurs (nos bourreaux), ni l'administration qui impose un projet bancal en essayant de présenter ça comme une innovation où nous avons tous à gagner (mais ils nous prennent donc VRAIMENT pour des cons!?), ni bien entendu mes collègues de SVT qui, comme moi, font le sacrifice de ce pour quoi ils ont été formés.

 

Le plus triste là dedans c'est que les élèves vont avoir droit, chez nous, à un enseignement de sciences "au rabais". Ils se présenteront à l'examen des TP de bac (les fameuses ECE) en ayant été formés sur 2 ans alors que dans les lycées alentour les autres élèves auront bénéficié de 3 années de formation.

Que vont faire ces bons élèves qui jusque là allaient souvent en S à l'issue de la seconde? Ils vont aller dans le privé qui continuera sans aucun doute à proposer des horaires et effectifs "normaux" tels qu'ils sont préconisés par l'inspection.

Alors on m'a gentiment (encore et toujours)(on est gentil dans l'Education) expliqué que vu que certains groupes à 18 sont déjà bien difficiles à gérer, il y a déjà quelques classes avec lesquelles on ne se risque plus à faire de TP (en physique) (en SVT on s'accroche et on manipule coute que coute) donc autant passer à 24 et cesser les TP pour tous.

OK. Donc, si je comprends bien, sous prétexte que quelques élèves perturbateurs empêchent des classes de bosser, on décide de priver toutes les classes de TP (24 classes de 35 élèves donc) plutôt que de chercher à résoudre le problème de ces élèves impossibles à gérer.

OK.

Et tiens-toi bien, là-dessus, l'administration dans un hochement de tête parfaitement synchronisé (ils avaient répété ma parole?) te laisse entendre que parfaitement, oui, ça tient la route. Bonne idée.

 

Moi ce genre de choses pour un peu, ça me donnerait envie de ne plus être gentille du tout.

 

Sous couvert d'améliorations pédagogiques on nous fait avaler tout et n'importe quoi et il faudrait jouer les béni-oui-oui sans broncher.

A l'issue de cette mascarade de consultation, on a tous compris que de toute façon le projet allait être voté et qu'on n'avait pas franchement notre mot à dire (la démocratie, qu'ils disaient). Le dialogue de sourds auquel on venait d'assister n'avait d'autre but que de permettre à l'administration de justifier d'une information des personnels consultés auprès des hautes instances.

On s'est fait laminer.

 

Mais le bourreau était gentil, tu noteras. Il a même dû sourire quand tout a été fini.

N'empêche en sortant de là, on avait tous le moral au plus bas.

 

Solidarité, qu'ils disaient (je tiens à préciser que les délégués syndicaux dans le déni le plus profond de leurs convictions initiales ont soutenu ce projet merdique)(je n'ai plus foi en rien concernant l'éducation,c'est dit).

Quand je pense à cette mission de transmission que je voulais honorer et à laquelle je dois renoncer, j'ai envie de pleurer. Le pire dans cette histoire c'est que le simple fait de continuer à exercer me donne le sentiment de cautionner tout ça. Mes ideaux : envolés! L'Ecole comme ascenseur social, terminé!

 

Deux options désormais s'offrent à moi :

- Développer un ulcère sous deux ans en essayant de m'accrocher et me battre contre des moulins

-Assister au naufrage les bras croisés sans essayer de lutter.

 

Ce soir ma décision est prise : je vais aller m'acheter du pop corn et me trouver un fauteuil confortable. Le spectacle qui nous attend dans les 5 ans à venir risque de nous en mettre plein les yeux.

 

 

L'avenir des SVT se dessine sans doute ainsi : on fera des sciences expérimentales en classe entière avec un vidéoprojecteur et un bouquin.

Très bien.

Vraiment.

Parfait.

 

J'attends avec impatience l'enseignement à distance, avec diffusion de cours filmés où le prof deviendra accessoire.

Bientôt sur les écrans de vos marmots.

 

 

Quand je pense à combien j'en ai bavé pour décrocher ce satané concours...

Tout ça pour ça.

 

C'est par où déjà, le bureau pour le remboursement des années de jeunesse sacrifiées?

 

(Et je ne te parle même pas de la réforme du collège, hein...)

 

Commenter cet article

Cecilou 28/05/2015 15:48

Et bien, quelle tristesse tout ça... Pas réjouissant, ni pour les gamins, ni pour les enseignants.
Merci d'avoir pris le temps de tout expliquer. Je ne suis pas prof et je n'ai pas d'enfant scolarisé donc même si je sens bien que ça prend l'eau de partout, c'est un peu abstrait pour moi. Au moins là j'ai un exemple parlant.
Ca fait mal au coeur de penser à toutes les personnes qui comme toi ont mis de côté un peu plus de confort matériel pour faire un truc auquel ils croyaient vraiment, et qui se retrouvent maintenant traités comme ça et avec autant de questions sur leur avenir...
Et que dire des gamins, qui sont quand même mine de rien les "nous" de demain, faudrait quand même voir à les préparer correctement ces petits anges (lol).
Le métier que je fais n'est pas une vocation pour moi, il ne me passionne pas et ne me fait pas rêver (ni personne je crois), en revanche là où je me retrouve dans ce que tu dis c'est que c'est tellement une chance de croiser sur son parcours des gens qui nous inspirent, qui nous accompagnent, qui se donnent. Et puis la transmission, en général, du savoir, de l'expérience, c'est super important pour avoir après soi-même l'envie de partager avec les autres et de transmettre à son tour (car oui nous ne sommes qu'un, heal the world, make it a better place, ça y est j'ai craqué)
En ce qui te concerne, si tu pouvais prendre soin de toi ça m'arrangerait bien ok ? :) que ça te tienne à coeur c'est plus que compréhensible mais une fois que tu seras une pauvre petite chose ratatinée par la dépression le dossier n'aura pas avancé pour autant et tu y auras laissé trop de plumes.
(la phrase qui précède est supposée être boostante, j'y crois moyen)
Bon courage. Bisous
PS : ce message t'est offerte par une ancienne nullité en sciences nat, car oui madame, je suis âgée moi, de mon temps on disait tu viens y a cours de sciences nat, les SVT on connaissait pas.

marysiu 25/05/2015 23:33

Quelle peine de lire cet article, de voir comment l’éducation est mal traitée et comment vous professeur pièce centrale de la transmission êtes mal traitée qui m’inspire un grand respect. J’espère que ce passage «a vide» ne soit que temporaire et que l’on donne les moyens pour une vraie éducation sans distinction entre les «grandes matières» et les «petites matières» (j’ai toujours trouvé cette distinction absurde), et que l'on donne une vraie place aux TP que je trouve essentielle à l'apprentissage. Je garde encore en mémoire tant de professeurs qui ont marqué ma construction aussi bien que scolairement qu’humainement, une clé dans la construction de mon avenir. J’espère vraiment que la situation s’arrangera ... Et que votre passion et vos idéaux ne seront pas trop mis a mal par la décision de certaines personnes en dehors de la réalité de l'éducation.

Le Blog De La Blonde 25/05/2015 23:47

Merci pour ces mots, Marysiu qui apportent beaucoup de réconfort. Ce soutien fait du bien. Merci, vraiment.

obiwanagain 25/05/2015 01:39

Salut

à partir du moment où tu faisais ce que tu crois ou croyais être ta voix, y a pas de jeunesse perdue.
Quant on a un métier ayant pour but de vouloir aider les autres leur donner ce qu'on a reçu, le temps n'est jamais perdu. Bien souvent lorsque l"on fait le bilan on s’aperçoit que les personnes pour qui nous faisons notre métier nous ont énormément donné sans le savoir. Du coup ne fait on pas ce métier pour nous (au moins un peu.....).
Je parle de manière global car j'ai travaillé dans le social avec des enfants, des familles, et je me suis reconnu dans certains de tes propos notamment parlant de LA vocation.
En ce qui concerne l'enseignement, je suis mal placé pour en parler, SAUF lorsque tu parles dans un de tes paragraphes de ce que certains profs t'ont apportés. Il y en a pas eu beaucoup pour moi? MAIS une prof de Français m'a redonné le goût à la littérature, à la lecture que j'avais perdu par les obligations d'étudier Balzac, Zola, Racine, etc..... Elle m'a cerné et conseillé seulement un seul auteur......Mais BING elle a fait mouche, c'était le bon!
C'était en seconde, une année scolairedans un lycée et une classe que tu as fréquentée :-)

Autres références : https://www.youtube.com/watch?v=j8QqxMvb8AM
https://www.youtube.com/watch?v=vxmYOZCnB5w
https://www.youtube.com/watch?v=d_3QsacXtz4

obiwanagain 26/05/2015 17:08

je mets un pseudo et toi tu trouves le moyen de le zapper si tu vois ce que je veux dire :-). Je plaisante.
Oui Mme Dupouy, c'est bien elle dont je parle effectivement, c'est marrant que pour toi aussi elle ait eu un impact, comme quoi les bons professeurs marquent un plus grand nombre d'élèves que l'on ne pense. Même si je ne bossais pas trop, j'aimais beaucoup ses cours car elle savait tenir sa classe mais aussi échanger, dialoguer, ce dont nous avons besoin à cette âge là. Elle ne nous prenait pas de haut et cela aussi jouait énormément.
Tu sais quand j'ai su que tu étais devenu professeur cela ne m'a pas étonné. je ne sais pas si je t'avais raconté l'anecdote que je vais narrer ou si tu t'en rappelle et libre à toi de la laisser sur le blog :-)
J'avais donc refait une Seconde, tu étais en première, j'avais passé la tête en salle de permanence pour voir qui était là, et j'étais venu te saluer, tu étais avec une copine (juste pour préciser :-) ). Donc je m'installe à côté de vous, et je ne sais comment j'en viens à faire mon allemand pour mme lebedeff (résumé à apprendre et à écrire pour l'heure suivante :-) ). Là, tu commences à m'aider, limite à me le faire MAIS en m'expliquant, le vocabulaire, la conjugaison . Je sais de quoi le résumé parle, etc...j'arrive à l'apprendre un minimum pour l'heure suivante et devine quoi?
j'ai jamais eu une note pareil en allemand au lycée : 14/20
Juste pour dire que c'était en toi Miss lablonde, ce moment en permanence que tu m'as consacré : j'en ai compris plus avec toi qu'en des années de cours.
Alors si c'est une vocation, ne lache rien, dans le monde actuel il faut se battre, c'est compliqué de faire reconnaitre l'importance de certaines matières mais elles aident à nous construire, de par la pratique dans un TP de SVT, de par un geste une action étonnante en sport qui nous donne confiance, de par un minimum culturel indispensable pour vivre en société, se sociabiliser, rien n'est à laisser au hasard.

Par contre si cela te bousilles la santé, la question est : cela en vaut il la peine?

Et là je te comprends , perdre le sommeil à cause de son boulot je connais aussi, c'est vraiment compliqué à gérer car cela s'en ressent du coup dans sa vie privée, mais il y a nos enfants, notre famille, nos amis....

Je trouve ca sympa d'échanger avec toi aussi, le peu de fois qu'on l'a fait par mail :-) j'ai bien aimé.
En plus au niveau du travail je me suis rapproché, je travaille dans un lieu que tu as un peu fréquenté :-) Si tu as toujours mon mail n'hésite pas...
Bises

Le Blog De La Blonde 25/05/2015 22:21

Oh Thoeni, c'est touchant ce témoignage et tu sais quoi, moi aussi elle fait partie des profs qui ont bouleversé ma vie. Parce qu'en dehors de son enseignement de français, elle m'a donné un modèle de féminisme intelligent et m'a donné le goût des films d'auteur, entre autres... C'était Madame Dupouy n'est-ce pas? C'est compliqué en ce moment parce que j'ai le sentiment de ne plus avoir ma place dans mon métier et que tous mes collègues, dans ma matière sont dans la même situation. Samedi matin une de mes collègues en arrivant, a fondu en larmes. On en est là, je ne sais pas si tu vois... J'en ai perdu le sommeil, on a tous des têtes improbables,... je ne sais pas bien où on va mais, ça ne change rien au fait que je partage ces jolis souvenirs avec toi ;) J'espère que tu vas bien, ça fait longtemps qu'on n'a pas échangé "en vrai".
Bises

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents