Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Alex Beaupain au rendez-vous de la Lune

Publié par NotSoBlonde sur 19 Septembre 2012, 20:55pm

Catégories : #Musique

IMAG9743-1-1.jpg

Des rendez-vous de la Lune il y en a tout un tas de programmés cette année (souviens toi je t'en avais parlé ici dès l'ouverture des réservations pour que tu ne manques pas l'évènement) et tu DOIS tout faire pour essayer d'y assister, crois-moi.

Pourquoi? Parce qu'ils sont rares ces moments où tu peux profiter d'un concert dans un endroit inhabituel (inutile de se mentir, on en a vite fait le tour, au fond, des salles parisiennes dédiées à la musique), en général un endroit au charme particulier qui fait de chacune de ces éditions un moment unique, un peu magique.

Si j'avais été suffisamment disponible crois-moi, j'aurais assisté à tout un tas de dates et en particulier à celles de Brigitte et de (surtout) Piers Faccini.

Bon mais voilà je n'ai pu assister qu'à une de ces sessions alors mon choix s'est porté sur la soirée "Alex Beaupain + Guests".

Enfin "+ guests", c'est parce que c'était annoncé ainsi car, comme l'expliquera Alex en employant une des drôles de formules dont il a le secret, au final, lui, il n'était pas bien au courant qu'il devait être entouré.

Alors il l'a annoncé très tôt, après le premier morceau, "Je réponds toi" interprété en duo : Valentine Dutheil au violoncelle et lui au piano. Histoire de clarifier les choses tout de suite, il a donc annoncé qu'il avait appris quelques jours seulement avant son concert, en reçevant une coupure de presse qu'un de ses proches avait pris le soin de lui faire parvenir, qu'il allait jouer dans un cadre superbe (vrai = la fondation Biermans-Lapotre ( au coeur de la cité internationale de Paris)) en compagnie de nombreux invités de prestige. Malaise. Parce que bon, apparemment, il n'avait pas franchement prévu d'inviter qui que ce soit.

Alors il l'annonce comme ça de but en blanc : "Camelia Jordana n'est pas là, elle tourne. Elle doit croire que je ne chante qu'avec des actrices et donc maintenant voilà, elle est sur un film, donc bon, elle ne sera pas présente ce soir. Je peux aussi vous dire qu'il n'y aura ni Catherine Deneuve, ni Nicole Kidman....En fait je voulais juste vous dire que ce soir ce sera moi, juste moi. Enfin  j'aurais un invité tout de même et cet invité de prestige, il en vaut plusieurs croyez-moi...Mais voilà ce sera juste moi donc ceux qui sont déçus et veulent partir peuvent le faire maintenant".

Rire partagé. Aucun départ constaté. Tout va bien.

Alors qu'il a été rejoint par ses deux autres musiciens sur scène, il entonne le second titre "Reims" (extrait de la B.O. du film les bien-aimés de Christophe Honoré) et je me dis alors que l'endroit sied bien à son répertoire qui prend une toute autre dimension dans une ambiance feutrée telle que celle-ci.

L'automne arrive (plus la peine de se leurrer, c'est un fait) et alors que la nuit tombe, on perçoit à travers les grandes fenêtres de la salle de concert les houppiers multicolores qui filtrent la lumière. C'est un joli moment.

Suivront "Pourquoi battait mon coeur" et "Avant la haine", duo qu'il introduit en précisant que "Camelia Jordana n'étant pas là ce soir, c'est à Valentine Dutheil qu'incombe la lourde tache de la remplacer". Ce qu'elle fit très bien (j'aime beaucoup-beaucoup la voix de Camelia Jordana mais je trouve qu'une voix plus "fragile" convient mieux à ce titre et j'en suis d'ailleurs restée à la version Joana Preiss-Romain Duris qui à mon sens est la plus émouvante).

 

 

A la fin de ce morceau : "Je vous ai déjà dit que Catherine Deneuve ne viendra pas, alors je vais la remplacer : Imaginez que je suis blonde, que je porte des vêtements beaucoup plus chers et que je suis une star internationale..." et il démarre "Je ne peux vivre sans t'aimer" ("je peux vivre sans toi oui mais, ce qui me tue mon amour c'est, que je ne peux vivre sans t'aimer")(*soupir d'admiration*)

C'est debout au micro qu'il chante ensuite "Juste ces mots", chanson fiévreuse que j'aime beaucoup. 

 

 

En guise de transition, il confie qu'il revient tout juste d'un studio (ICP) situé à Bruxelles, où il enregistre son prochain album et qu'en "exclusivité mondiale -alors donc ce soir il n'y a pas à mes côtés de nombreux invités prestigieux mais ça envoie quand même pas mal, ça hein- (précise t'il) je vais vous interpréter un titre du prochain album, "vite".

Extrait : "cet amour avant qu'il ne nous quitte, je voudrais qu'on s'y précipite". C'est beau et mélancolique.

"Donc vous voyez, mon nouvel album sera dans des tonalités un peu joyeuses, comme ça". Ahah.

Suivront "A la mer", "Comme la pluie" (deux titres qui n'ont pas leur pareil me tirer quelques larmes) puis vient LE moment de découvrir l'invité du soir qui, précise t'il "est un invité de marque qui en vaut plusieurs à lui tout seul. C'est d'ailleurs le meilleur invité de prestige que je pouvais avoir!"

Et c'est Lescop qui arrive (dont le premier album sort le 1er octobre et que je chronique ici sous peu, c'est sur ma to-do-list depuis un moment) pour interpréter en duo "La forêt", incroyable titre, d'une intensité toute particulière.

Puis les deux artistes restent réunis pour "De tout sauf de toi" (Lescop + Alex Beaupain + Piano + Basse + Violoncelle : mortel!)

Le concert se termine sur "Lave" mais bien entendu les applaudissements retentissent et Alex et ses musiciens reviennent pour deux titres en rappel : "Au départ" et "Les yeux au ciel".

Un second rappel le fera revenir, seul, pour "Brooklyn bridge". 

 

 

Tonnerre d'applaudissements.

Fin d'une belle soirée.

Si le lieu n'est peut pas idéal en guise d'acoustique, il y a de la vie dans ces concerts là, la gestion des imprévus et les petites failles laissent au moment un petit goût d'inédit.

Chacun repart avec l'impression d'avoir partagé un instant unique, riche en émotions où Alex Beaupain a encore une fois prouvé son habileté pour ce qui est de combler les transitions d'une manière drôle et intelligente.

Merci Madame Lune, de nous permettre de vivre de si jolis instants.

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents