Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Depeche Mode au Stade de France : Intense!

Publié par NotSoBlonde sur 16 Juin 2013, 10:00am

Catégories : #Musique

 

depeche-mode.jpg

 

On a tous un groupe qui a accompagné notre adolescence. Celui dont on écoutait les albums en boucle dans toutes les circonstances possibles si bien que sa musique a fini par imprégner l'ensemble des souvenirs associés à cette période. Les bons comme les mauvais.

Pour moi, il s'agit de Depeche Mode, dont les deux albums "Songs of faith and devotion" et "Violator" habillent les glorieuses et les plus sombres heures de mes années-lycée.

Et pourtant jamais encore (et dieu sait que le temps a passé), je n'avais vu le groupe se produire en live.

Il y a bien eu quelques occasions mais -je ne sais si tu connais ça aussi- parfois, quand tu as beaucoup investi émotionnellement dans le travail d'un artiste, tu préfères rester sur ce que tu connais de lui plutôt que de prendre le risque d'être amèrement déçu par un de ses concerts.

Amertume qui vient ensuite sournoisement ternir chacune des écoutes qui suivent la déception et font que jamais plus tu ne retrouves la saveur exacte des débuts (oui, si ça sent un peu le vécu c'est que je parle en connaissance de cause).

 Et puis là, hop, j'en discute avec Swann et c'est décidé, je prends le risque, j'y vais.

Après coup (à la fin du concert, donc) j'ai appris que les échos concernant leur précédent show au Stade de France étaient assez mauvais. Autant te dire que si j'en avais eu connaissance avant, jamais je n'aurais mis les pieds là-bas hier soir.

Mais voilà, j'y étais.

Je ne dirais pas grand chose concernant la première partie. A priori c'est M83 qui était annoncé et a priori le programme a été modifié à la dernière minute car le duo qui était sur scène ne m'a pas semblé du M83 mais une sorte de son électro d'une afligeante monotonie (à tel point qu'il était difficile de percevoir les changements de morceaux)

 

depeche-mode-2.jpg

Et puis ce fut au tour de Depeche Mode de s'installer, après un long, très long, changement de plateau qui m'a permis de jeter un oeil sur le public réuni sur la pelouse du Stade de France. L'occasion de constater que le groupe a réussi à fédérer les générations autour de son projet et que, si ceux qui ont découvert leurs premiers albums au moment de leur sortie sont nombreux, ils sont souvent accompagnés de leurs enfants et qu'une importante part de l'assemblée est composée de 18-25 ans.

Quand les 5 musiciens entrent en scène c'est -bien entendu- sous les acclamations du public.

Le set débute, en toute logique, par un titre du dernier album (Delta Machine) "Welcome to my world" qui tombe à point nommé.

 

 

 

Le concert permettra de balayer la discographie du groupe en voyageant à travers les époques et les ambiances, avec une setlist savamment organisée que tu peux retrouver ici. (Encore qu'il me semble que le groupe s'autorise quelques petites libertés vis à vis de la liste officielle puisque j'ai eu la chance d'entendre ce soir "Judas" qui n'est rien de moins que la chanson qui a bercé mon adolescence et qu'elle n'apparait pas sur le document).

(Merveille)

 



Bien sûr, quand les tubes planétaires que sont "Policy of truth", "Enjoy the silence", "I feel you", "Walking in my shoes" ou encore "Just can't get enough" retentissent Dave Gahan chante accompagné par le choeur immense formé par les 80 000 spectateurs et c'est complètement bouleversant. Etrangement galvanisant. 

Côté images, on retrouve, à la faveur des projections qui animent le fond de scène, les magnifiques images d'Anton Corbijn. Plaisir décuplé.


Et que penser du groupe?

Martin Gore est toujours aussi touchant (et a un fan club particulièrement bruyant qui se trouvait -heureux hasard?- à quelques pas de moi)(j'ai bien dû perdre 1/10ème d'acuité auditive hier, je ne leur dis pas merci).

Les yeux maquillés, les ongles peints en noir, Martin porte un costume scintillant rayé dont la partie haute du pantalon est, à l'arrière, recouverte d'une sorte de demi-jupe plissée argentée du plus bel effet.

Il change régulièrement d'instrument et la valse des guitares et basses sur scène est un spectacle à part entière (mention spéciale à l'étoile, dont j'ai pris une (médiocre) photo avec mon téléphone):


depeche-mode-3-copie-1.jpg

Et Dave alors?

Déjà impossible de ne pas dire quelques mots à propos de son extraordinaire souplesse lombaire qui a collé des bouffées de chaleur à au moins 95% des individus de sexe féminin présents dans le stade hier soir. Hot.

 

Tatouages apparents, bagues rutilantes et gilet de costume porté à même la peau qu'il n'hésite pas à ouvrir largement faisant hurler la foule, il est toujours aussi sexy sur scène, ondulant gracieusement comme peu d'autres savent le faire.


depeche-mode-5.jpg

Heureuse surprise : Certains titres ont été revisités pour l'occasion permettant de ménager des instants plus rock et d'autres plus intimistes. 

Voix impeccable, son nickel, morceaux parfois retravaillés pour être allongés grâce à des passages électro qui transforment le SDF en dancefloor géant, c'est un spectacle de grande qualité auquel les spectateurs du stade de France ont pu assister hier. 

L'ambiance était parfaite encore qu'on puisse regretter que le groupe n'ait pas mis complètement à profit l'endroit pour assurer un "vrai spectacle de stade" auquel on était en mesure de s'attendre.  

Ceci étant je suis repartie complètement sous le charme de ce concert lors duquel le public a été fantastique.

Certains titres faisaient l'effet d'une véritable communion musicale menée de main de maitre par un Dave Gahan tout en puissance qui jouait avec son public comme un marionniste actionnant les fils de son pantin, déclenchant les cris d'admliration lorsqu'il se livrait à un de ces déhanchés dont il a le secret ou provoquant un rugissement général lorsqu'il brandissait son pied de micro façon trophée, bien haut au-dessus de sa tête.

5 titres sont joués en rappel parmi lesquels "Just can't get enough" qui nous replonge en 1981. L'occasion de nous rappeler que si le temps ne les a pas épargnés, le talent de  Dave et Martin n'a pourtant pas pris une ride.

 

depeche mode-6



Pendant ce concert les titres de "Delta Machine" sont repris par le public avec une ferveur qui démontre que ceux qui sont présents ne sont pas venus seulement pour écouter les standards mais bien pour découvrir aussi en live les nouveaux morceaux et que le public a suivi de près l'évolution du groupe.    

 

Pour ma part je suis restée complètement fascinée par la version de "Judas" chantée par un Martin Gore habité qui s'est achevée dans un souffle, je garderai en tête la merveilleuse délicatesse du murmure de "Do something about it" sur lequel s'est achevé le morceau.

 

Depeche Mode revient à Paris l'hiver prochain, sur la scène de Bercy. Les places sont déjà disponibles ici.

      A retrouver ici, de bien jolies images du concert signées JL Parot.

 

Commenter cet article

artisan serrurier paris 6 22/11/2014 01:41

Hello

Je me présente Stephani Tur , et je travaille en tant que Serrurier à Paris . J'habite dans le paris 9eme arrondissement , et je suis passionée de Pétanque . Mon truc à moi , c'est que Je parle anglais . Je cherche à avoir le plus d'évènements sur ce sujet et je suis ouvert à toute nouvelle idée !

Tof 16/03/2014 17:13


bonjour la blonde ;-)


 


Nous n'étions pas ensemble (j'étais à la même place, mais de l'autre côté de l'avancée), mais ton histoire m'a rappelé de superbes souvenirs, puisque la mienne est la même!


Première pour moi aussi, fan depuis 1988, fan inconditionnel suite aux 2 albms cités sortis pendant mes années lycée également.... Tu es sûre que ce n'est pas mon blog?!


Alors qui sait, peut être à une prochaine sur un nouveau concert, car moi c'est sûr j'y retournerai tellement c'était magique!!! Tout le reste de ma vie, je reverrai ces 80.000 paires de mains
faisant des droite/gauche en signe d'adieu, à chaque fois que j'écouterai "Never let me down again"

Delph2704 08/02/2014 11:53


"Et Dave alors?


Déjà impossible de ne pas dire quelques mots à propos de son extraordinaire souplesse lombaire qui a collé des bouffées
de chaleur à au moins 95% des individus de sexe féminin présents dans le stade hier soir."


passage qui m'a fait hurler de rire...C'est tellement bien dit, et vrai à chacun des concerts! 


Le Stade de France, pour y avoir vu U2 (et pu comparer avec les mêmes à Bercy) je n'y remettrais plus les pieds, tu as
pris un beau risque en y allant car je trouve que ce stade empêche l'atmosphère d'être enveloppante et très vite dans les rangs derrière, l'alchimie ne prend pas. Avec en plus une entrée sur
scène en plein jour, un soir d'été, ça n'aide pas... Bref on peut se réjouir que DM ait relevé le défi avec succès parce qu'ils ne partaient pas favorisés par cet endroit!


La tournée prend visiblement fin...grosse déception pour ceux qui comme ici à Strasbourg viennent à peine de les voir et
ne peuvent plus s'offrir un des derniers shows soit trop loin, soit sold out...Pourvu qu'ils rempilent, et vite!


Si ça te dit, sur mon blog, un petit écho artistique de leur passage à Stras... A bientôt! -une autre DM-fan, mais brune!

Julien 20/06/2013 09:08


C'était annoncé sur son site et j'ai entendu plusieurs fois le speaker du Stade de France dire son nom. Douglas McCarthy c'est le chanteur de Nitzer Ebb en fait, à vrai dire j'ai pas trouvé ça
terrible non plus...

Julien 18/06/2013 13:35


Bonjour,


Je pense qu'il y a une petite confusion au sujet de la première partie. c'est Vadel qui avait été annoncé un premier temps avant d'être remplacé (depuis plusieurs semaines déjà) par Douglas Mc
Carthy. 

M83 avaient déjà assuré la première partie de DM en 2009 et depuis leur statut a quand même largement progressé, ils ont suffisamment de notoriété pour remplir les salles de concert, plus besoin
de faire des premières parties. 

NotSoBlonde 19/06/2013 21:36



Oh j'avoue que je me suis contentée de récupérer l'info concernant la première partie avant d'entrer auprès de la personne qui était avec moi... The Kills ayant fait la première partie de
Metallica au même endroit un an plus tôt, je pense que même en ayant une grosse notoriété il est possible pour un artiste d'accepter une première partie par respect et/ou amitié pour l'artiste
qui le lui demande... Merci en tout cas de cette précision (le nom de l'arti!ste qui s'est produit en première partie était affiché quelque part? Je ne l'ai trouvé nulle part dans le stade ni sur
les billets...)



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents