Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Dionysos Bird'N'Roll : La chronique

Publié par NotSoBlonde sur 13 Mars 2012, 11:00am

Catégories : #Musique

dionysos_cloudman.jpg

Parce que chacun de leurs albums est l'occasion d'être surpris et toujours de la plus agréable façon (recherche esthétique extrême, perfection des arrangements, poésie des textes,...) j'attendais avec une impatience non dissimulée le nouvel album de Dionysos. Aussi suivais-je de près (comme l'ensemble des fans du groupe sans doute) les informations distillées au compte gouttes par la maison de disques concernant ce Bird'N'Roll tant espéré.

Il y eut tout d'abord des images plantant un décor tricolore rouge, noir et blanc, connoté rock'n'roll vintage à base de micros rétro et de tenues très "happy days revival". J'ai tout de suite adhéré.

Puis il y eut le clip de Cloudman. 

Petite merveille. Ce concours de danse illuminé peuplé de danseurs extrêmement doués est un petit bijou regorgeant d'énergie positive :

Il y aussi que c'était rassurant de retrouver le personnage principal du dernier roman de Mathias Malzieu mis en scène sur l'album. Attention, l'album ne correspond pas du tout à une mise en musique du roman comme pouvait l'être La Mécanique du Coeur mais disons qu'il y a quelques clins d'oeil à retrouver ça et là.

En plus les histoires de Cascadeur poétique, moi, ça m'a toujours parlé. Il n'y a qu'à voir l'assiduité avec laquelle j'ai suivi le projet de Cascadeur justement,...

J'aurais bien aimé, moi aussi, être cascadeuse, tiens! Pour apprendre à ne plus me faire mal quand je tombe amoureuse. Mais enfin...

Vint ensuite le moment de découvrir l'album-concept "Dionysos plays Bird'N'Roll".

Le concept qui se cache derrière le bird'n'roll est défini (longuement) sur la pochette de l'album de démonstration (ciel, j'espère que cette magnifique illustration se retrouvera dans le livret de la version commercialisée sinon quel gâchis que de ne pas en faire profiter tout le monde) et je ne crois pas être capable de te restituer aussi joliment tout ça autrement qu'en partageant la beauté de l'objet avec toi alors je me vais me contenter de glisser une photo :

J'aime tout depuis la typographie jusqu'au graphisme ultra soigné de cet homme-oiseau équipé d'un longboard. Et quelle façon originale de présenter les titres des morceaux!

En réponse à la morosité ambiante (oui, ne nous voilons pas la face tout ne va pas pour le mieux ces temps-ci, n'est-ce pas?) Dionysos nous propose donc son remède à base de musique électrique délivrée en intraveineuse, amphétamine musicale à te donner envie de sauter hors de ton bocal pour voir plus loin, plus grand et te sentir un peu plus vivant. Car c'est bien de ça dont il est question : de mouvement.

Et de vie.

Cette danse cathartique qu'est le Bird'N'Roll ambitionne d'upgrader ta vie! 

Si la trame narrative est plus éclatée, moins évidente à suivre que dans le précédent album "La mécanique du coeur" qui suivait chronologiquement le déroulement du roman éponyme, on comprend assez vite que les textes de Bird'n'roll relatent les aventures d'un homme perdu, au coeur brisé, qui navigue dans un océan de mélancolie, peuplé de nombreuses (et ô combien séduisantes) sirènes. Bird'n'roll c'est un peu l'histoire d'un amoureux malheureux qui espère trouver son salut dans la danse, les femmes et la musique. Une histoire racontée d'une façon toujours aussi étrangement poétique, aux personnages intrigants et au bestiaire fantastique qui démontre que la plume de l'homme-oiseau Mathias Malzieu n'a pas perdu de sa finesse au cours du temps.

Côté arrangements c'est toujours l'éclectisme qui est de mise : débauche de cris, de claps, de choeurs, de rires et de sifflets. Je te l'ai déjà dit, il y a de la vie dans cet album. A l'heure où la tendance musicale générale est plutôt à la musique électronique laissant une large place aux machines (si ça ne tenait qu'à moi je t'assure que je confisquerais vite-fait bien-fait le vocoder de Sufjan Stevens pour le forcer à retourner à la musique de ses débuts non mais!), Dionysos défend une musique vivante, dans laquelle les corps s'expriment mais aussi toute sorte d'instruments rares, qui ont participé à la légende Dionysiaque (scie musicale, verres musicaux, Moog, Mellotron, stylophone, clochettes...) et d'autres plus classiques bien entendu (guitares, ukulélé, harmonica...)

Une chose est sûre quand les dernières notes s'éteignent on a la conviction que cet album là ressemble à du Dionysos et à rien d'autre. C'est sans doute là la clé du succès du groupe depuis des années : continuer de défendre sa musique, sans se soucier des modes tout en continuant à la faire évoluer et en enrichissant sans cesse le panel de ses explorations (Dionysos eat music est d'ailleurs là pour nous le rappeler). Si tu n'as encore jamais assisté à un concert du groupe je t'invite vraiment à y aller : Rarement autant que là, le terme de spectacle n'a autant  pris son sens : Misant tout sur le partage et l'énergie, le groupe se donne entièrement et c'est un indicible bonheur à voir et à recevoir.

Défricheurs infatigables d'univers fantastiques, les Dionysos feront vivre sur scène cet album dès le 26 mars pour une date exceptionnelle de lancement de l'album au Trianon. Suivra une longue tournée incluant la plupart des festivals. De quoi ensoleiller ton été, quelle que soit la météo annoncée!

 

(Je ne te dis pas tout le bien que je pense du dernier titre de l'album (Spider Girl Blues), un billet lui sera très prochainement exclusivement consacré)

 

Commenter cet article

PersonneNeBouge 26/04/2012 15:15



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents