Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Alors, Fauve ≠ en live, ça donne quoi?

Publié par NotSoBlonde sur 8 Juin 2013, 06:00am

Capture-d-ecran-2013-06-08-a-02.00.41.png

 

"On est des résistants, des maquisards des sentiments"

 

Avant de m'y rendre, j'avais entendu à peu près tout ce qu'il est possible d'entendre en matière d'avis sur un concert. Si bien qu'en arrivant au Bataclan, pour mon premier concert du groupe, je ne m'attendais à rien de précis finalement. 

Comme j'avais quand même retenu qu'un concert de Fauve ≠ (t'as vu j'ai trouvé comment intégrer leur symbole, autant te dire que tu vas en manger dans ce billet) c'était un repaire de hipsters, une sorte de grande fête de la hype à base de bonnets vissés sur le crâne même en plein été, de moustaches savemment taillées et de vans en édition limitée, j'étais un peu à l'affût.

Mais NON.

Devant le bataclan ce soir là, il n'y a que des gens normaux. Enfin normaux... comme toi et moi, quoi.

Bon : Je me suis dit, la hype est sans doute déjà entrée et massée à l'intérieur mais une fois dedans, je n'ai trouvé personne répondant au descriptif du branché parisien. Ou si peu que ça ne mérite pas d'être signalé.

Ainsi, Fauve ≠ est peut-être un groupe catégorisé un peu vite parce qu'il a ému en priorité, à ses débuts, une certaine frange de la population parisienne mais force est de constater que son public s'est élargi depuis.

On m'avait aussi raconté que Fauve ≠ était un groupe pour ados en mal d'idoles.

Encore raté. Ce soir là il y a bien quelques adolescents dans la foule mais peu. La majorité des spectateurs semble être dans la tranche des 25-40 ans. 

Ca, c'est pour la faune ≠ locale.


Pour ce qui est du concert à proprement parler c'est difficile à décrire. C'est vraiment un instant à vivre plutôt qu'à raconter mais enfin je vais quand même essayer.

Le live de Fauve ≠ c'est les titres de l'EP "Blizzard", ceux qu'on connait à force de les avoir écoutés en boucle (chronique à retrouver ici). Forcément.

On attaque avec Sainte-Anne et dès les premières notes débutent les projections qui ne cesseront que lorsque le dernier morceau s'achèvera.

Intéressant, le concept n'est pas nouveau mais a le mérite d'être dans la continuité du projet défendu par le collectif. Car Fauve c'est un Corp, qui associé vidéastes et musiciens.

 


Capture-d-ecran-2013-06-08-a-01.45.38.png

 

D'ailleurs au détour d'un nouveau morceau, Fauve se raconte.

Avec la même ferveur que sur les morceaux qu'on connait déjà.

C'est dense, rapide, intense. Ca fuse, ça rebondit sur le coeur en faisant écho à nos propres pensées.

Fauve c'est de la musique et des mots qui tiennent chaud. Toujours.

Quand le groupe parle de lui, aussi. Rien de surprenant finalement.

Tout va vite, les morceaux s'enchainent et on les reçoit façon uppercut.

La puissance est là, on est un peu sonné mais étrangement réconforté, rechargé en énergie positive.

On note ça et là une jolie formule, inédite.

De jolis mots qui touchent.

 

Le plaisir de la découverte s'ajoute au ressenti de l'instant car si Fauve ≠ égrène ses tubes, il en glisse quelques-uns de nouveaux (deux, si mes souvenirs sont bons).

Sur les titres de l'EP et ceux mis en ligne sur internet, le public est à 200%, reprenant les paroles malgré l'incroyable débit du chanteur, difficile à suivre.

Sur "Nuits Fauves" et "Blizzard" c'est carrément la folie. Frissons.


Il faut dire qu'ils sont touchants aussi, remerciant sans cesse le public d'être venu, expliquant qu'ils ont un peu de mal à en revenir, de tout ce qui leur arrive de bon, si vite. De ce Bataclan complet, de la présence de tous ceux qu'ils aiment à leurs côtés ce soir, des inconnus qui les soutiennent aussi.

 

Ils disent merci et leurs mots et leurs attitudes sont pleins de sincérité. C'est charmant.


Au moment d'entonner "4000 îles", le chanteur décide de faire de son public une chorale improvisée. Il se lance alors dans un canon à base d'"Emmène moi" ambitieux qui se traduit par un joli moment de partage. Bien senti (j'avoue : j'ai chanté les 3 voix)(oh je sais, hein, ça va).

Côté musique, autour d'un chanteur qui arpente la scène avec la même fièvre que celle qui semble l'habiter quand il scande son texte, on retrouve l'ensemble basse-guitare-claviers.

Ils sont cinq et ne font qu'un, et le revendiquent haut et fort.

Fauve ≠ c'est un collectif.

Fauve ≠ c'est l'incarnation du "tous ensemble".

Fauve ≠ c'est la voix de ceux qu'on n'entend pas d'habitude.

A une époque où le cynisme avait le vent en poupe, Fauve ≠ a débarqué et a livré ses histoires vraies, sans fards, pleines d'espoir, qui ont su rencontrer un public qui semblait n'attendre que ça. 

Sur "Blizzard" le choeur immense formé par le public résonnait façon communion. C'était beau, c'était fort, c'était grand, c'était revigorant!

 

 

 

"Tu nous entends la Dignité ? Tu nous entends ?!
Si tu nous entends sache qu’on a un genou à Terre et qu’on est désolé.
On est désolé de tout ce qu’on a pu te faire, mais on va changer !
On va devenir des gens biens tu verras !
Et un jour tu seras fière de nous.
Tu nous entends l’Amour ? Tu nous entends ?!
Si tu nous entends il faut que tu reviennes parce qu’on prêt maintenant, ça y est.
On a déconné c’est vrai mais depuis on a compris.
Et là on a les paumes ouvertes avec notre cœur dedans.
Il faut que tu le prennes et que tu l’emmènes.
Tu nous entends l’Univers ? Tu nous entends ?!
Si tu nous entends, attends nous ! On arrive.
On voudrait, tout comprendre, tout savoir, tout voir, tout vivre.
On cherche la porte du nouveau monde pour pouvoir s’y fondre en grand.
Tu nous entends Toi qui attends ? Tu nous entends ?!
Si tu nous entends souviens toi qu’t’es pas tout seul. Jamais.
On est tellement nombreux à être un peu bancal un peu bizarre.
Et dans nos têtes y’a un blizzard.
Comme les mystiques loser au grand cœur.
Il faut qu’on sonne l’alarme, qu’on s’retrouve, qu’on s’rejoigne.
Qu’on s’embrasse. Qu’on soit des milliards de mains sur des milliards d’épaules,.
Qu’on s’répète encore une fois que l’ennuie est un crime. Que la vie est un casse du siècle, un putain de piment rouge. Nique sa mère le Blizzard.
Nique sa mère le Blizzard.
Tout ça c’est fini."

 



Un live de Fauve ≠ c'est un moment d'une rare intensité qui requinque, qui donne envie de croire, de renoncer à l'individualisme ambiant pour qu'on en sorte tous gagnants.

Fauve ≠ fait du bien. Vraiment. On aurait tort de s'en priver.


Prochain rendez-vous pour moi : Aux Francofolies de La Rochelle, le 13 juillet, au Diane's. Vivement!

 

 

Commenter cet article

Denisbdy 11/12/2014 16:38

C'est surtout un public féminin et jeune ! Par contre pour 4000 îles ce n'est pas un canon improvisé ils le font à chaque fois.
J'ai adoré ce concert (j'adore le groupe) et j'ai déjà mes places pour mars 2015 !

Ed 17/07/2014 21:47


Super article ! Je me suis toujours dit que Fauve c'était génial, mais que ca ne pouvait pas s'écouter en Live. Ils font toujours partie de mes chouchoux en tout cas
http://rockandvolk.blogspot.de/

Alice 08/07/2014 14:39


Fauve c'est beau. C'est dur. C'est nous. J'espère avoir la chance d'allez les voirs l'année prochaine. Et on se met à y croire, non, on y croit, instinctivement. On pleure on rit, on tremble.
Comment des chansons peuvent être aussi belles et dures à la fois ? Aussi douces et amères ? Aussi vraies...



isatagada 08/06/2013 11:23


Je donne le lien vers ton article là : http://isatagada.blog.com/2013/06/08/lacher-prise-devant-fauve/
J'aurais aimé en être...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents