Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Imelda May : Le rockabilly lui va si bien!

Publié par NotSoBlonde sur 17 Décembre 2011, 08:00am

Catégories : #Musique

Imelda-May3.jpg

Sous ses airs de bimbo rétro, elle a du talent à revendre la très jolie Imelda May.

 

Habillage de son site officiel soigné façon 50's, portraits façon studio Harcourt, tenues chinées : ça fleure le vintage de bon goût du côté de chez elle.

535088ImeldaMayMayhemCMSSource.jpg

Taille cintrée, hanches soulignées, poitrine voluptueuse soigneusement mise en avant, trait d'eye liner surappuyé, lipstick flashy, cheveux tirés et gominés derrière une frange roulée et péroxydée : l'irlandaise joue la pin-up ultra sexy et ça lui va diablement bien.

Côté son l'album mêle rockabilly (et ne fait donc pas mentir l'habillage bâti tout autour du personnage) et sonorités jazzy. C'est entrainant voire  carrément galvanisant (du côté de Johnny got a boom boom) et alors que j'ai regardé la pochette du CD d'un air un peu dédaigneux au départ (le portrait un peu cliché sur une banquette capitonnée assorti à la typo rétro-girly et au sépia teinté : mouais, j'ai craint l'espace d'un instant un produit creux qui ne mise que sur l'esthétique 50's et j'ai frémi un peu. J'avoue) j'ai très vite été obligée de reconnaitre l'efficacité inconstestable d'Imelda.

Il est évident que le rockabilly tente une percée depuis quelque temps déjà dans la musique et la mode  mais il est vrai aussi qu'il est loin d'être évident de se lancer dans le mouvement tout en étant crédible et en se montrant à la hauteur des influences revendiquées.

Imelda May réussit ce pari haut la main, impressionnante de justesse tant dans le registre de la crooneuse sexy (Meet you at the moon, Falling in love with you again) que dans celui de la rockeuse fifties énervée (Johnny got a boom boom, Love Tattoo,...). Mention spéciale au charmant intermède Knock 123, vraiment charmant.

L'espace de 12 titres, Imelda fait revivre les images de Marlon Brando, James Dean et Nathalie Wood qui hantent l'imaginaire collectif, rebooste tes envies de rock'n'roll party endiablée, convoque les fantômes de Billie Holiday, Jerry Lee Lewis ou Elvis : sur un album elle réussit le pari insensé de faire revivre les années 50 dans ce qu'elles avaient de meilleur. Joli!

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents