Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Keaton Henson à l'Eglise Saint-Eustache pour l'ouverture du Festival des InRocks

Publié par LeBlogDeLaBlonde sur 6 Novembre 2013, 11:00am

Catégories : #Musique

Keaton-Henson-singer-song-003.jpg

 

C'était hier soir et il faut que je te dise, même si ça semble être un horrible cliché que c'était un peu magique.

Il y avait le cadre, déjà, qui promettait beaucoup.

L'église Saint-Eustache, dans le quartier des Halles, improbable oasis de quiétude dans un périmètre plutôt "agité". Edifice à l'intérieur duquel on trouve la chapelle Sainte-Cécile également appelée chapelle "des musiciens". C'est un signe, c'est sûr.

Car hier soir, l'église Saint-Eustache est devenue le refuge d'un soir pour quelques mélomanes privilégiés. Dont j'étais.

Dès l'entrée, l'écrasante hauteur du plafond de la nef où le public est installé impressionne et puis on balaie l'espace du regard et on est un peu fasciné par le banc d'oeuvre de Saint Eustache, magnifique ouvrage en bois sculpté. On se sent soudain tout petit devant tant de grandeur et de beauté.

Et puis IL arrive.

Après qu'un violoncelliste ait joué une petite pièce d'introduction, Keaton Henson entre en scène.

Tous ceux qui sont ici apprécient l'instant car il est rare.

Souffrant d'une angoisse de la scène, l'homme se produit très rarement devant un public. A tel point qu'il répond aux interviews par écrit, voire par le biais de petits dessins étranges (il est également illustrateur)..

Et on perçoit clairement son malaise quand il entre en scène.

Visiblement tendu, peu loquace, il s'installe.

 

 

Quand il entonne le premier titre, "Sweetheart, what have you done to us?" sa voix dérape un peu, sur le premier couplet.

On frémit à l'idée que la peur va prendre le dessus mais non. Très vite il semble gagner en aisance et chante, les yeux souvent clos, ses morceaux d'une beauté singulière.

Difficile de retenir ses larmes quand l'ange à la barbe opulente égrène ses chansons torturées sur l'amour contrarié, sur la douleur d'aimer et la difficulté de vivre avec ses démons.

Le concert est un récital d'une troublante beauté, la mélancolie éblouissante des textes de Keaton Henson se trouvant magnifiée par le cadre extraordinaire de l'église Saint-Eustache.

Les arrangements soulignent les mots sans leur voler la vedette, un violoncelle et une guitare, rien de plus. Parfaite épure. 


Les larmes montent aux yeux, souvent. Avec des titres pareils comment pourrait-il en être autrement? 

"And please do not hurt me, love,
I am a fragile one, and you are the white in my eyes
Please do not break my heart,
I think it's had enough pain to last the rest of my life"

 


Quand la fin du concert arrive, Keaton Henson quitte l'endroit précipitamment.

Si bien qu'on imagine qu'il ne reviendra sans doute pas. "Le seul moment que j'adore dans un concert, c'est quand je quitte la scène" confiait-il aux InRocks en septembre 2013.

Mais quelques minutes plus tard il est pourtant à nouveau là. Et lorsque résonnent les premières notes du mythique "Hallelujah" de Jeff Buckley, l'assistance retient son souffle.

Parce que la parenté entre les deux artistes est évidente, parce que l'endroit ne pourrait pas mieux s'y prêter, parce que chacun a le sentiment d'être sur le point de vivre un de ces instants qu'on qualifie de magique. Et de la magie il y en a eu.

C'était beau et feutré, tout en retenue. Frisson généralisé. Temps suspendu.

Les applaudissements qui accompagnent sa sortie précipitée de scène saluent la performance mais réclament sans doute aussi un peu son retour. Qui n'arrivera pas.

Et c'est mieux comme ça : Comment imaginer d'ajouter quoique ce soit après ce genre de moment là?

 

 

 

Keaton Henson est de ces hommes dont on pense qu'ils n'existent plus. On le découvre à travers les quelques papiers à son sujet comme cet excellent article des InRocks :

"On a eu de la chance : on aurait pu ne jamais entendre Keaton Henson, qui n’avait pressé son premier album, Dear, qu’à un seul exemplaire, pour une jeune femme à qui il envoyait ainsi une longue lettre, brute et éperdue. “Je lui ai chanté ce que je n’aurais jamais eu le courage de lui dire. De toute façon, je ne parle à personne… Emotionnellement, je suis sans doute un peu handicapé. Les chansons m’aident beaucoup à m’exprimer, à faire sens dans le chaos qui agite mon cerveau.”

Un homme qui écrit et compose un album entier juste pour l'adresser à celle qui l'a inspiré.
Lovers en carton de tous bords, rangez-votre romantisme de pacotille, Keaton est le maitre du genre et personne ne peut espérer ne serait-ce que lui arriver à la cheville.

Ecriture libératrice? L'homme s'avoue perclus de phobies qu'il dépasse par le biais de l'expression artistique (aussi bien par la musique que par le dessin).

Le concert d'hier a permis de partager un peu plus d'une heure de la vie de cet ermite génial.
On ne pouvait imaginer meilleur démarrage pour un festival.

Le festival des InRocks 2013 est donc officiellement ouvert, depuis hier.


 P.S. Je suis au courant concernant le fait que Leonard Cohen a signé le "Hallelujah initial" mais je suis désolée c'est bien la version de Buckley que j'ai entendue hier. J'assume. J'ai déjà évoqué ceci ici d'ailleurs. Et mon avis n'a pas changé depuis.

Commenter cet article

chat sexy 06/11/2013 17:18


De trés belles chansons, jadore !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents