Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Les heures souterraines de D. De Vigan/Lost in Translation de S. Coppola

Publié par NotSoBlonde sur 13 Septembre 2011, 07:00am

Catégories : #Lecture(s)

lost_in_translation-4.jpg

La vi(ll)e et son rythme épuisant, la vi(ll)e et ses lumières aveuglantes, la vi(ll)e et ses violences ordinaires.

C'est de la ville dont il est question dans le roman de Delphine De Vigan mais aussi dans Lost In Translation. Au milieu du fracas d'une mégapole, deux êtres semblent perdus. Assaillis. Ils errent, se débattent. On sent que leurs destins se font écho, que la rencontre est inévitable et pourtant...Ils ne savent pas ce qui les attend alors s'ils avancent c'est dans un brouillard épais. Le doute à leurs côtés. Perdus un peu mais poussés finalement à aller de l'avant.

J'ai toujours été sensible aux histoires incertaines, aux personnages dont les failles sont finalement l'attrait principal, à ceux dont la détresse suscite l'empathie alors voici quelques morceaux choisis du roman de D. De Vigan, parce qu'il fait partie de ceux qui m'ont beaucoup émue dernièrement. J'avais déjà évoqué ici ses "jolis garçons", et elle sort en cette rentrée littéraire "rien ne s'oppose à la nuit" dont j'entends beaucoup de bien autour de moi (et puis, bon, il y a la référence à Bashung...) : 

"Il regarde la ville, cette superposition de mouvements. Ce territoire infini d'intersections, où l'on ne se rencontre pas".

*

"Elle rêve parfois d'un homme à qui elle demanderait : est ce que tu peux m'aimer? Avec toute sa vie fatiguée derrière elle, sa force et sa fragilité. Un homme qui connaitrait le vertige, la peur et la joie. Qui n'aurait pas peur des larmes derrière son sourire ni de son rire dans les larmes. Un homme qui saurait.

Mais les gens désespérés ne se rencontrent pas. Ou peut être au cinéma. Dans la vraie vie, ils se croisent, s'effleurent, se percutent. Et souvent se repoussent, comme les pôles identiques de deux aimants. Il y a longtemps qu'elle le sait."

*

"Est ce qu'il pourrait aimer une autre femme?

Maintenant.

Est ce qu'il pourrait désirer une autre femme : sa voix, sa peau, son parfum? Est ce qu'il serait prêt à recommencer, encore une fois? Le jeu de la rencontre, le jeu de la séduction, les premiers mots, le premier contact physique, les bouches et puis les sexes, est-ce qu'il a encore la force?

Est-ce qu'au contraire, il est amputé de quelquechose? Est-ce que dorénavant quelque chose lui manque, lui fait défaut?

Recommencer. Encore.

Est-ce que cela est possible? Est-ce que cela a un sens?"

*

"Il lui a semblé que cette femme et lui partageaient le même épuisement, une absence à soi-même qui projetait le corps vers le sol. Il lui a semblé que cette femme et lui partageaient beaucoup de choses. C'était absurde et puéril. Il a baissé les yeux".

*

"Emporté par le flot dense et désordonné, il a pensé que la ville toujours imposerait sa cadence, son empressement et ses heures d'affluence, qu'elle continuerait d'ignorer ces millions de trajectoires solitaires, à l'intersection desquelles il n'y a rien, rien d'autre que le vide ou bien une étincelle, aussitôt dissipée".

*

Dans Lost in Translation ce sont deux âmes perdues qui se retrouvent l'une à travers l'autre. Plus que des destins croisés, il s'agit bel et bien d'une vraie rencontre, à travers laquelle chacun se révèlera à l'autre mais avant tout à lui-même.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents