Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Lippie, An imaginary truth. Pépite.

Publié par NotSoBlonde sur 22 Avril 2012, 21:00pm

Catégories : #Musique

 

Capture-d-ecran-2012-04-14-a-19.18.07.png

 

Je me souviens très bien de la première fois où j'ai entendu Lippie. C'était au Plan (Ris Orangis) et elle jouait en première partie de Mademoiselle K. Elle était accompagnée ce soir là d'un seul musicien mais il jouait de la guitare, faisait du beatbox et animait les transitions entre les morceaux. Je l'ai recroisé plusieurs fois, lui, depuis, puisqu'il s'agissait de Patrick Biyik que j'ai vu sur scène ensuite aux côtés d'Ardzen (sur la péniche El Alamein), au sein de Namaste (un peu partout) et puis bien entendu que je recroise sur ses projets actuels, au sein du trio de Twin Twin et avec son projet solo T.H.E. A.C.C.I.D.E.N.T 


Pour Lippie ça a été un peu plus compliqué de l'entendre à nouveau.

Elle a collaboré au troisième album de la maison Tellier, l'art de la fugue (pour le titre "Il n'est point de sot métier"), elle a été invité sur le Cheesecake de Severin mais je n'ai rien entendu depuis qui lui soit propre vraiment.

Depuis la première fois où je l'ai entendue (je ne sais plus mais ça doit faire quelque chose comme 4 ans maintenant) j'ai souvent écouté sa musique, celle de sa page Myspace.

Je ne me suis jamais lassée.

 Ce n'est pas que je l'écoutais régulièrement mais j'avais toujours autant de plaisir à y revenir. Et j'avais hâte d'entendre enfin son premier album.

 

 

Sur scène, quand Lippie s'installe, elle se présente, naturelle, pas spécialement apprêtée, discute un peu avec son public et la magie opère. Sa simplicité est touchante. Parce que sincère. Ca ne s'explique pas, ça se ressent. Et puis tout ce talent, il saute aux yeux.

Evident.

Voilà le souvenir que j'ai gardé de ma rencontre avec l'artiste.

Un souvenir teinté de nostalgie. 

A l'écoute de son "Imaginary truth" on se fait la réflexion qu'elle a pris le temps qu'il lui fallait, Lippie, mais que ça méritait d'attendre un peu parce que cet album est à son image. Sincère et sans artifice. Intemporel. Hors des modes.

Parce que si trop souvent les artistes que l'on aime se mettent à complétement modifier leur style musical au moment d'enregistrer leur premier album, se laissant envouter par les sirènes du sur-arrangement, Lippie a su éviter cet écueil; Il y a dans cet album juste ce qu'il faut de réverbe pour donner de la profondeur à la voix, des backgrounds soignés mais jamais surchargés, des gimmicks discrets qui animent sans étouffer.

Parfait équilibre du premier au dernier morceau.

Parmi ce bel ensemble mes coups de coeurs sont pour Little world titre très Motown où les cuivres trouvent parfaitement leur place et teintent le morceau sans le dénaturer. Pépite du genre.

Puis plus loin Killing world commence par donner envie de chalouper lascivement jusqu'à ce qu'un passage rappé achève de séduire complètement tandis que We fall propose un très beau travail sur les effets vocaux. Une belle superposition d'ambiances fait de My mummy une sorte mille-feuilles musical absolument épatant et lorsque, sur The little things, John Forte (ex-Fugees qui a produit cet album)  rejoint Lippie pour un duo qui sent bon le blues il est tout bonnement impossible de retenir ta tête de tanguer.

L'album s'achève sur  Flowers, onde mélancolique portée par l'irrésistible voix de l'artiste et quelques notes de guitare.

Subtilement angoissant.

Parfaite épure. 


Mon titre préféré est indiscutablement Can You sur lequel j'avais craqué dès la première écoute (il y a un long moment car c'est un des morceaux qui l'accompagnent depuis longtemps). J'avoue que j'espérais vraiment qu'il apparaisse sur l'album mais que je redoutais aussi qu'il n'ait été complètement dénaturé tant sa version originale me semblait parfaite.

Mais non, tout est là : Le mélodica obsédant + la rythmique parfaite + la voix de Lippie = 3 minutes de somptuosité.

Avec son phrasé obsédant (il n'y a qu'à écouter Arabic hearing pour s'en convaincre), son sens inné de la mélodie qui retient l'attention, sa dextérité lorsqu'il s'agit de concocter des arrangements tantôt aériens, tantôt plus rythmés, Lippie invite l'auditeur à parcourir un livre d'images haut en couleurs. Un trésor bigarré qu'on aimerait garder jalousement rien que pour soi mais dont on se doute qu'il ne devrait pas tarder à faire beaucoup parler de lui. Parce que c'est ce qu'il mérite.

Et qu'au fond c'est tout le bien qu'on lui souhaite.

 Pour en savoir plus sur Lippie c'est ici. Ou sur sa page myspace (pour écouter plus de bon son).

L'album sortira le 4 juin 2012 chez Troisième Bureau mais tu pourras la découvrir le 27 avril à la Flèche d'Or (avec Willy Mooooooon) pour la prochaine soirée Inrocks Indie Club.

Vite, vite!    

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents