Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Ma lettre de rupture pour toi, Philippe (Katerine)

Publié par NotSoBlonde sur 12 Octobre 2010, 12:30pm

Catégories : #Musique

 

« Philippe, entre nous, c’est fini ». Bam. C’est tombé comme ça, une après midi de septembre alors que j’écoutais pour la première fois ton album. Pour ne rien te  cacher ça faisait quelque temps déjà que ça n’était plus pareil entre nous mais je ne pensais pas qu’on en arriverait à cette extrémité. Ou pas si vite en tout cas. Oui parce que là, c’est fini-fini.

Pourtant quand je repense à notre rencontre je t’assure que j’aurais pu jurer que je n'allais jamais me lasser. C’est vrai que t’étais pas vraiment mon genre, physiquement. Du tout. Mais ta folie créative, ta volonté de prendre le contrepied de l’ordre établi, ton statut d’anarchiste rigolo de la musique : j’aimais bien. Je te trouvais audacieux et inspiré; le plaisir que tu semblais prendre à faire ton numéro te rendait beau. J’étais sous le charme.

Dans les premiers moments, je me suis sans doute un peu emballée, je le réalise maintenant, à présent que le brouillard magnifiant des premiers instants s’est dissipé. Peut être que je me suis un peu facilement laissée impressionner.

Ton allure déguingandée un peu folle, tes aventures avec des femmes toujours belles et intelligentes (H. Noguerra, J. Balibar) :  J’aimais.C’était le bon temps alors, l’euphorie des premiers moments, je te trouvais drôle et intelligent.

Puis je t’ai vu te produire sur la scène du théâtre du Châtelet en septembre dernier et déjà, il s’est passé un truc. Quelque chose s’est rompu.

 

 

 

Toi qui m’éblouissais par ta créativité, par ton talent à faire toujours de la nouveauté, tu m'as déçue. J'ai trouvé que ça sentait le réchauffé. Finalement, j’ai eu l’impression que tu étais un peu devenu ta propre caricature.

Je m'attendais à une débauche d'énergie, à ce que tu révèles la bête de scène qui sommeille en toi, motivé pour enflammer un public qui n'attendait que ça mais à la place je t'ai trouvé un peu éteint. Quand tu es apparu vêtu d'une serviette de bain nouée en pagne je me suis dit "pourquoi pas". Quand tu l'as laissée tomber pour dévoiler un short moulant sur bas résille rose fluo, je me suis dit : "Bon". Quand ce fut le tour du short de tomber j'ai eu un peu peur. J'avais raison. Il a offert une vue imprenable sur ton shorty couleur jeans ultramoulant, lequel était surmonté d'un porte-jarretelles minimaliste dont tout le monde a pu découvrir qu'il lui incombait la lourde tâche de retenir les bas fluos situés un peu plus bas. Là je ne me suis rien dit. Je crois que j'ai un peu ri. Bêtement. Et puis je me suis fait la réflexion qu'en même temps tout ça était tellement attendu que ça n'était même plus surprenant. J'ai repensé à l'idée de la caricature et je me suis dit que c'était bien vu. J'étais un peu triste aussi. L'impression d'avoir perdu quelqu'un que j'aimais bien. Qui aurait succombé à la facillité en devenant ce qu'on attendait de lui, une sorte d'amuseur public dont la recette bien rodée faisait toujours son petit effet.

Oui parce que reconnais-le, là, t'es un peu tombé dans la facilité quand même, non?

 

 

 


Je veux dire, ce titre "blablabla" où tu annônes ce refrain sans cesse pendant 2 minutes 30, c'est un peu une plaisanterie, dis? Au fond.

Et "la moustache"? Où tu te gausses sur tous les tons, un peu bêtement pendant 1 min 53?

J'avoue : Je n'en finis pas de m'interroger. Panne de créativité ou mise en pratique d'une idée qui aurait germé à la fin d'une soirée (trop) arrosée du genre " Et si maintenant je faisais VRAIMENT n'importe quoi,tu crois que ça se vendrait?"

" Ouais vas y, chiche!"

katerine 

  Je passe rapidement sur les visuels mais je mentionne quand même la couverture de Chronic'art où tu fais figure de râvi de la crèche, parce que là aussi, je me suis dit : C'est  trop! Raccord avec la couv' de ton dernier album pourtant qui se pose là comme  petite pépite de ringardise revendiquée. Mais trop c'est trop. Overdose de unes décalées. De détournements des codes, d'infractions au bon goût bourgeois. J'aimais mais là je suis écoeurée. Ca devait sans doute finir par arriver.

 

Ceci dit pour l'avoir testé sur un public adapté, je dois quand même reconnaitre que cet album devrait remporter un franc succès auprès de la tranche des 2-7 ans qui regorge d'amateurs de gros mots, de paroles redondantes et de refrains faciles à retenir. Un public qui éclate de rire en écoutant le très sonore "Ta gueule" qui ponctue le final de "Philippe'.

 

Voilà, je te le redis, sans amertume, je crois qu'on est arrivés au bout de notre histoire. On a fait le tour. Tu continueras ton chemin artistique sans moi, je te suivrai encore un peu, de loin, en souvenir des bons moments que j'ai passé avec toi, espérant un retour prochain de celui qui avait su m'émouvoir. Quand on a cessé de se surprendre et que la lassitude a remplacé l'hébétude des débuts, mieux vaut sans doute tout arrêter. Et ne garder à l'esprit que les bons moments.

 

 Mon top 3 du pire de l'album :

 

 

1) J'aime tes fesses : Faux remake que j'imagine volontairement raté du "Love on the beat" mythique de  Bambou et Gainsbourg, où Jeanne Balibar et Katerine vocalisent faux.

2) Il veut faire un film : Là je trouve qu'on est en plein dans le mauvais goût, gratuit qui-plus-est...et pas que pour la mélodie et les laides interventions des parents de Philippe.

3) Les derniers seront toujours les premiers parce que les paroles se résument à une succession de lettres de l'alphabet, tantôt faussement rangées, tantôt  franchement dérangées...Comme l'auteur du texte?

 

Commenter cet article

Mallock 23/04/2011 10:10



Chère Blonde, ceci ne s'adresse pas à vous, je vous crois et vous sais bien plus subtile et indépendante dans vos choix. Mais juste une pensée concernant ce micro phénomène
parisianno-médiatique-de-mes-deux : ce genre de personnage (dont je ne suis pas sans apprécier les quelques reflets anarchistes) fonctionne sur une sorte de snobisme-branché-canalplus qui
s'exprime généralement par l'expression désuète mais immortelle : "C'est géééééééniaaaaaaaal !" se suffisant à elle-même et rejetant toute personne ne bêlant pas le même syntagme ("C'est
énoooooorme" fonctionne aussi) dans l'obscurantisme déshonorant du… plouc-out. Plus il sera difficilement défendable ou pseudo décalé plus le snob-branché, arbitre des élégances, expert
histrionique, es-docteur en pataphysique aura de mérite à l'élire et se sentira valorisé, m^me existé, par la pertinence d'un choix dont il aura lui-m^me bâti… la pertinence. Problème, il faut
absolument être le premier à "découvrir" la chose, et la répandre, fière comme un coq, dans un cercle à la circonférence étudiée. Bien entendu, lorsque la masse se joindra au couronnement, on
n'aura plus qu'à rechercher un nouveau roi, en oubliant celui d'avant, devenu totalement ringard en quelques minutes. Philippe Katherine s'est pris pour Philippe Katherine et a tenté de se
maintenir en caricaturant son image, puisque c'était celle-ci qui l'avait fait roi… erreur. UBUESQUE ! NON ?
NB :


"Je me suis moi-même laissé séduire par la "banane" de Katherine"


(Dieu que cette phrase est ambiguë)  :-D



NotSoBlonde 14/05/2011 21:25



:)



setha 15/12/2010 19:35



personne ne parle de la crise de la 40 ène...tout katerine qu'il est.


C'est étrange mais en regardant le live j'ai eu la même impression qu'avec le cd. Il est triste


il peut rire, se mettre à poils mais artistiquement ça sent le jusquauboutisme d'un adulte qui sait plus quoi faire pour prendre son pied en musique.


Les reprises avec les peintres sont plus fraîche que son cd.


 


 



NotSoBlonde 17/12/2010 11:51



oui c'est très bien vu :) je le ressens aussi un peu comme ça, j'ai l'impression qu'il est un peu perdu...



Helene 22/10/2010 13:15



coucou


je trouve magnifique ta lettre de rupture. J'espère que Katerine va la chanter !


Après je crois que Katerine se moque d'être ringard ou pas (franchement le style vestimentaire qu'il à, c'était branché il y a 10 ans, maintenant c'est ridicule, idem les collants fluo, ect... et
c'est ça qui est marrant... le côté branché inrocuptibles qui est maintenant bien ringard)


je crois comme dis Tom, qu'il y a beaucoup++++ de travail chez Katerine, chercher la chanson parfaite. C'est pas un homme de défi qui se dit "tiens si je faisais ça", c'est vraiment travaillé et
pensé.


Et puis il se revendique vouloir être un chanteur comme Carlos.


Après chacun ses goûts et je comprends aussi qu'on puisse s'éloigner. Moi perso ça fait un moment que je m'éloigne... mais j'adore la sincérité artistique du Monsieur.


helene



NotSoBlonde 08/11/2010 22:33



MErci hélène d'avoir partagé ton sentiment ici.



Marcozeblog 17/10/2010 22:55



Bonjour la blonde, je n'ai pas vraiment écouté son dernier album mais ton article me conforte dans mon impression qu'il n'arrivait pas à la cheville du très bon 'Robots après tout'. La banane est
sympathique (je l'ai mise sur mon blog) mais les autres titres cités à gauche et à droite me laissait un arrière-goût de facilité et de mauvais goût, à l'instar des paroles de 'La reine
d'Angleterre'. Mais au niveau du son, sans les paroles, ça donne quoi ? Marco.



Tom 17/10/2010 22:32



Merci pour votre réponse, posée, à mon commentaire un peu acerbe...


La moitiée n'apparait pas à l'écran, ça a du bugguer, mais il me semble que vous avez tout lu


Le rapport, c'est la dérive, à mon avis, de la bien pensance (sic). On veut protéger toute personne de tout éventuel affront, de quelque sorte que ce soit. Ce qui est louable. Mais ça passe dans
la loi, les moeurs, le langage (Ah, les techniciens de surface, les personnes de petite taille...). On voit du sexisme partout. Une chanson comme le film devient choquante. Pour moi, c'est le
même sujet



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents