Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Nolwenn Leroy : Folklore chic ou folklore cheap?

Publié par NotSoBlonde sur 3 Avril 2011, 08:00am

Catégories : #Musique

nolwenn-leroy-bretonne-album-2010.jpg

 

Alors là je sens poindre la polémique mais tant pis, c'est mon sentiment et puis ça fait un moment que ça marine, depuis que j'ai vu le clip de "la jument de Michao" en fait, que je me dis "je vais écrire un billet là-dessus" et que je finis par renoncer alors là ça y est, c'est le moment, je me lance. Sans filet.

Voilà.

Je sais bien. Tout le monde l'aime.

Et tout le monde trouve fantastique celle qui depuis peu a choisi d'affirmer haut et fort sa bretonnitude à qui veut bien l'entendre (Ségolène, sors de mon corps!). Moi déjà, rien que ça, ça m'irrite. Le côté "revendiquons nos origines", le retour du communautarisme même léger, vu le contexte politique, ça me fiche un peu la trouille.

Et puis, excusez-moi, mais je trouve que ça sonne un peu faux. Parce que sans avoir été une inconditionnelle du parcours de Nolwenn Leroy, il ne me semble pas qu'elle ait jamais mis particulièrement en avant ses origines bretonnes. Oui il y a bien quelques touches de Bretagne deci delà dans ce qu'elle a fait avant mais pas de trace d'activisme non plus.

Notes bien que je n'ai rien contre elle, moi. Je la trouve même très jolie.

Je n'émets donc pas un jugement de valeur, seulement un constat. Et je m'interroge quant à la sincérité du revirement de situation un peu brutal auquel on a pu assister, elle qui semblait lorgner du côté du look sexy-branché dernièrement. Mais bon, on a le droit de changer après tout. Et c'est bienheureux d'ailleurs.

Alors oui il y a le prénom 100% Breizh AOC. M'enfin moi aussi.

Le mien de prénom (sans me vanter) est même carrément 200% Appellation d'Origine armoricaine Contrôlée (oui parce qu'en fait, tiens toi bien, mon vrai prénom ça n'est pas LaBlonde).Et c'est pas pour autant que j'en fais tout un pataquès et que je prévois de remettre au goût du jour le port de la toukenn.

Nolwenn qui avait tout de la parisienne branchée pure souche il y a encore quelques mois et qui reprend le patrimoine folklorique celtique ça me semble aussi saugrenu que si moi, sous prétexte que j'ai grandi dans une cité de banlieue, je me mettais à écrire un bouquin que j'intitulerais : "Wesh gros j'viens du ghetto".

On n'y croirait pas une seconde (si, si, crois-moi, si tu doutes c'est qu'on ne se connait pas encore) et pourtant je viens de là (spéciale cace-dédi à Fabien Marsaud-Oh punaise ça y est, moi aussi j'suis rattrapée par mes origines; ça m'apprendra à me moquer, tiens!)

Encore, reprendre le patrimoine breton, pourquoi pas. Mais franchement la question que je me pose c'est "Etait ce vraiment nécessaire de le faire comme ça?" Je suis une fan des grands classiques bretons (Tri Yann, Alan Stivell et consors : je vous aime) et des fest noz que je trouve conviviales et joyeuses.

Ce qui me plait dans le folklore breton c'est ce côté rugueux qui sent bon et fort les embruns et qui a parfois l'apreté des rochers roses de la côte de granite. Cette musique et ces chants ont l'élégance un peu rêche des territoires bretons. Certains artistes y rendent hommage de la plus belle façon et je pense ici à Christophe Honoré par exemple qui dans "non ma fille tu n'iras pas danser" a ménagé un intermède qui fleure bon la vraie bretagne et que je te mets ici, tiens, si jamais tu n'as eu le bon goût de voir ce film ça soulagera un peu ta peine :


Pas de chichi ni dans les tenues, ni dans l'apprêt des personnages. Juste des légendes et du tragique. Quant à la lumière qu'en dire? Qu'il aurait été simple d'attendre une belle éclaircie pour avoir une lumière qui magnifie les tenues et les visages, qui illumine la scène mais qui aurait aussi été beaucoup moins fidèle à la réalité du climat breton qui, sans vouloir tomber dans le cliché, reste quand même très humide...

Et là chez la belle Nolwenn qui ambitionne de nous chanter la Bretagne, la vraie, là d'où elle vient, que trouve t'on en terme de mise en images pour le premier clip du projet?

On trouve ça :

Je vais être bonne et ne rien dire sur le tempo qui m'exaspère sur cette chanson en particulier. Et je vais me contenter de discuter un peu des images...

Alors là on a un bel exemple de la vision cliché-bobo qu'ont généralement ceux qui n'ont encore jamais mis les pieds en Bretagne. Et idéalisent un peu, il faut bien le dire.

Oui parce qu'en fait, quand on dit que la Bretagne est sauvage, ça n'est pas parce que ceux qui y habitent vivent dans des huttes au milieu de la forêt, qui ont tout l'air d'être ravitaillées par les corbeaux et devant lesquelles les autochtones passent le temps en taillant des branches d'arbres fraichement coupées/en caressant des pommes d'un air absent et/ou en pelant des carottes-avec-des-fanes-qui-font-vraiment-"nature". Non.

Je sais c'est rude comme nouvelle.

Mais en vrai c'est pas comme ça. C'est plutôt qu'on trouve là-bas beaucoup de zones préservées (de l'urbanisation) et que du coup le côté sauvage qu'on vante c'est celui de la nature bretonne qui peut attirer. Belle et sauvage.

Si des fois t'étais inquiet rapport au fait qu'il y a peut être même pas l'électricité là bas sois rassuré(e), elle y est puisqu'on peut y écouter des cassettes audios (1'13). Je reconnais quand même que ce clip n'écarte pas la rudesse de la Bretagne vu qu'on voit clairement qu'on est obligé de garder sa toque ou sa capuche fourrée sur la tête même à l'intérieur, à proximité de la flambée. On se pèle donc, en Bretagne.

Je critique, je critique mais les couleurs saturées, les flous hamiltoniens sur la fin, les looks à la Brigitte, j'aime bien. C'est juste que ça sonne archi-faux par rapport au concept.

Tant qu'à faire, autant jouer le cliché jusqu'au bout remarque mais moi du coup je regrette le salon de jardin 100% plastique en appui sur un des murs de la cabane, complètement anachronique, et qu'un assistant aurait quand même pu retirer. Ou qu'un monteur subtil aurait quand même pu éviter de conserver à l'image. Bref. Il a la vedette à 2'13 notamment, si t'es curieux un peu. Bon. Admettons que le jour du tournage l'assistant était souffrant. Donc absent. Et qu'au moment du montage, le salon de jardin made in Leroy Merlin soit passé inaperçu. Admettons, je veux bien.

Pour ce qui est du climat, OK on est dans une forêt de feuillus qui semble assez épaisse mais on voit bien les larges trouées des rayons lumineux qui filtrent à travers la canopée. Et puis plus tard, pendant la procession colorée, là aussi le soleil est au rendez vous. Rhoo...

Bon, pas de mauvais esprit. Admettons que le jour du tournage il ait fait beau. En même temps je pars du principe que ça a été tourné en Bretagne (vois comme je suis naïve) alors que peut être pas du tout.

Après il y a le choix des tenues.

Alors oui, c'est vrai, je te le concède : il y a de la dentelle et ça c'est breton. Mais le reste c'est quand même très gypsy-hippie chic non? On a quand même plus l'impression que la styliste s'est fait plaisir chez Missoni et Antik Batik plutôt que d'aller chiner dans les brocantes locales des tenues d'époques vraiment d'origine. Alors oui, tu me diras, "hé, ho, t'es gentille aussi mais en vendant de la musique on vend du rêve et si tu veux voir des gens mal fagotés c'est pas compliqué, tu sors de chez toi ou t'ouvres ta fenêtre et tu regardes en bas". Oui d'accord. Sauf que quand on vend un projet qui est promu à grand renfort de "je suis bretonne, je renoue avec mes origines, j'ai l'impression que ce que je fais est très légitime" ça fait quand même bizarre de truquer les décors, la météo et le reste. Je trouve.

Mais je conçois aussi qu'on puisse aimer. Parce que toutes ces couleurs, c'est joli. Moi même j'aime beaucoup Missoni. Note bien que je n'ai absolument pas les moyens de m'habiller dans cette maison mais que ça ne m'empêche pas d'admirer ses créations. (As tu remarqué toi aussi le poncho péruvien bariolé, récurrent, qui accroche l'oeil à chaque fois qu'il est à l'image (pas à sa place ici ("anatopique" ça existe comme mot?)? C'est pénible un peu quand même tu trouves pas?)

 

Le fait est que ça marche. Vraiment bien. Songes-y un peu : 200 000 albums vendus en deux mois seulement et des ventes à l'export qui explosent (??? oui, moi aussi, la nouvelle m'a laissé interdite...). Ca fait rêver. 

 

Bon je te laisse, j'dois y aller, y'a des potes à moi qui m'attendent dans ma hutte, on doit filer 6 mètres de coton à la quenouille avant demain matin, si j'y vais pas tout de suite on n'y arrivera jamais...

 


Kénavo!

 

 

 

Add-on de dernière minute :

Ah mais attends, attends, je viens de trouver un second clip "Mna Na Heireann (woman of Ireland)"

 

Et là j'avoue je suis un peu décontenancée : après les soixante huitards bobos voilà un clip qui me plait davantage et qui me semble bien plus cohérent par rapport à l'ambition du projet. Ca me ferait presque oublier la robe de princesse Disney du clip de "Tri Martolod".

Ok je vais peut être un peu vite alors à médire sur Nolwenn et le succès de son folklore édulcoré. Faut quand même reconnaitre que le premier clip, celui de la jument de Michao célèbre l'image de la Bretagne en carton pâte, bourrée de clichés; y'a de quoi s'énerver.

 

Il faut laisser le temps au temps chantaient Barbelivien et Félix Gray. Ils n'avaient sans doute pas tort. Ce projet va sans doute se bonifier lentement...(???)


En tout cas le succès n'aura pas attendu ça.

      (Au final tu comprends bien, ça n'est pas tant après Nolwenn que j'en ai qu'après le réalisateur de son premier clip...)

Commenter cet article

testing omni tech support 24/10/2014 13:58

This all the story of the book called Wesh j'viens big ghetto that is picturized very well in the big screen. This draws all our emotions and anxieties that make us watch these videos without missing a single part of it.

micha 03/11/2012 16:35


Je ne vois pas où est le mal de revendiquer nos origines ?!  Les gens aiment appartenir à un groupe, une culture où une région et en sont fiers. C'est un besoin identitaire en ce temps de
crise et de mondialisation...


Quand à Nolwenn Leroy, sa démarche est certe commerciale, mais faut péter un  coup, c'est juste un simple album de reprises comme tant d'autres artistes ont fait. Elle remet au gout du jour
des chansons, mais heureusement elle ne devient pas une référence en matière de musique bretonne, donc pas de problème. 


 

NotSoBlonde 19/12/2012 23:37



Pardon mais je ne comprends pas : Qu'est ce qui, dans mon billet, a pu te laisser penser que je pouvais souffrir d'aérophagie? ;-) (plus sérieusement, décompresse chaton, je livre mon point de
vue, on peut en discuter tranquillement, sans se sentir obligé de s'inviter mutuellement à lâcher des gaz nauséabonds)(quelle drôle d'idée, vraiment!)



Ariell Etienne 09/09/2011 12:27



Hello, à contrario de ton post, j'en avais écrit un il y a quelques mois mettant dans la lumière l'excellente initiative artistique de la belle Nolwenn (qui a toujours mis en avant même à
l'époque de la starac', ses origines bretonnes!!!) Etant d'origine celte moi-même , j'ai appris à aimer les classiques
revisités par Nolwenn, moi qui n'écoutais en artiste celte que Kohann(trip hop celte excellent!) que je te conseille d'écouter sur deezer ! J'ai perçu un grand vent de fraîcheur de ce
courant breton dans l'univers de Nolwenn (videos sublimes, chants gaëliques mystiques...) je suis devenue "fan" de la Miss Nolwenn...qui est tout en élégance et en grande classe...


Quand je pense cheap je pense illico à Britney Spears ou Jenifer...Pas à Nolwenn, qui fait dans la variété tradi peut être mais avec classe!


 



NotSoBlonde 16/09/2011 18:43



Chacun sa façon de perçevoir les choses. Merci de ce partage en tout cas. Bises.



Rouzik 18/05/2011 11:46



Ne regardant presque jamais la TV, j'ai échappé aux deux premiers clips de cet album. Si j'étais tombé dessus, ma réaction aurait été identique à la tienne. Finalement j'ai commencé par écouter
l'album sur deezer pour m'en faire une idée. Avec les participations de Miossec ou Tiersen, il ne pouvait pas être mauvais. Finalement il sent l'exercice d'équilibriste entre morceaux celtiques
plus intimistes (Karantez vro, Brest etc...) et réagements commerciaux (Tri Martolod, Jument de Michao etc...) pour faire plaisir à la maison de disque, qui comme quelqu'un l'a dit plus haut, ne
voulait pas de cet album.  Au final le sentiment est mitigé. D'un côté de jolies perles, de jolies prises de risque et de l'autre de la soupe. Espérons, si elle continue dans la veine
celtique, qu'elle puisse se passer de cette souple et des clips qui vont avec. J'en doute...


Après critiquer le rapport à ses origines de Nolwenn Leroy c'est un peu facile. Si je me souviens bien d'une interview dans O-F il y a un paquet d'années (après la Star Ac surement), elle a vécu
ses dix premières années en Penn ar bed. Elle y déclarait d'ailleurs aimer faire musicalement un jour quelque chose de celtique. Pas la peine d'y avoir passé 30 ans pour baigner dans la musique
celtique. Tout dépend simplement de son environnement personnel.  Certains y ont passé des décennies et restent totalement hermétiques. Bretagne, la découverte ou l'ignorance...


Ar wech all...



NotSoBlonde 01/06/2011 21:57



Merci pour ce commentaire, très intéressant. Donc merci, vraiment... :)



Vassavoir 05/04/2011 19:30



Génial ! J'ai beaucoup ri. Maintenant, il va falloir t'attendre à de la revendication nolwennienne de base. Le Nolwennien n'est pas très marrant, tu verras. Enfin... beaucoup moins que toi, en
tout cas.


D'accord en tout point avec ton analyse des clips de la demoiselle, avec ton regard sur sa démarche qui me semble, à moi aussi, bien mercantile. Je crois que le réalisateur est le même pour les
trois clips, faudrait vérifier, disons qu'il a été un peu mieux inspiré sur celui de "femmes d'Irlande", oui. C'est sans doute pour ça que c'est celui qu'on a le moins vu dans tout ce matraquage
télévisuel. Nolwenn qui se contente de respirer tragiquement, c'est tout de même beaucoup plus supportable que mélusine-peau d'âne qui tournicote en robe moutarde à paillettes ou que la hippie
très très chic et très très chère (je crois que les fringues sont encore un peu plus coûteuses que tu ne le présumes) qui bouge son corps avec des moues suggestives.


Ca m'enchante vraiment de t'avoir lue. Même le père Alan a sombré corps et âme pour les jolis yeux de la brune Nolwenn. Ils se font tous attrapper, les vieux cochons.... il parâit qu'elle les
aime... les cochons... parce qu'elle habitait tout près d'un élevage, en Bretagne, quand elle avait quelque chose comme.... 4 ans ? Je la comprends. Je suis personnellement très attachée aux
bergers allemands parce que mon voisin de palier en avait un qui me coursait dans les escaliers.


Encore bravo d'avoir su parler légérement de cette vaste fumisterie, on n'est jamais assez nombreux à dénoncer en riant les supercheries des vendeurs.



NotSoBlonde 06/04/2011 22:22



Ahahah merci pour ce commentaire que j'adore. Que tu aies pris le temps de l'écrire, c'est vraiment gantil. Merci. A tout hasard, derrière ce pseudo, y'a t'il quelqu'un que je connais...en vrai?
Si la réponse est non, je le regrette!



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents