Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Post Mortem de Guillaume Depardieu #Chronique

Publié par LeBlogDeLaBlonde sur 3 Janvier 2014, 10:00am

Catégories : #Musique

 

guillaume-depardieu-post-mortem-album-critique-avis-le-bric.jpg

J'y tenais, ça avait pour moi une valeur symbolique, il fallait que le premier album chroniqué en 2014 soit un de ceux qui me sont vraiment chers, un de ceux qui me retournent l'estomac à chaque écoute, un de ceux qui ne me laissent jamais indemne mais vers lesquels je retourne pourtant sans cesse, mue par une sorte de plaisir masochiste inexplicable; parce que cette douleur là me fait du bien.

Aussi, c'est de Post-Mortem que je vais te parler aujourd'hui.

J'ai toujours aimé beaucoup Guillaume Depardieu.

Bien entendu je ne le connaissais pas personnellement, je n'avais pas ce plaisir, mais disons que j'aimais vraiment ce qui se dégageait de son travail ou de ses quelques interventions dans les médias. J'aimais que cet homme laisse apparaitre ses failles sans tenter de les déguiser ou de les masquer. J'aimais qu'il soit tourné vers les autres et le monde qui l'entoure. J'aimais son jeu sensible et juste.

Peut-on seulement expliquer pourquoi on aime? 

PHO872568ac-2377-11e3-94d3-41ebf7b4ac68-805x453.jpg


Je l'aimais pour tout ça et plein d'autres détails aussi.

Sa disparition m'a touchée et lorsque son album a été annoncé, j'ai frémi.

D'abord, le titre, "post mortem", m'a paru douteux. J'ai craint qu'il ne s'agisse d'une manoeuvre commerciale visant à mettre en avant le côté exceptionnel de l'oeuvre qui parait 5 ans après la mort de son auteur. J'ai appris depuis que c'est Guillaume lui-même qui l'avait choisi, insistant sans doute ainsi sur son aspect testamentaire.

Bon. Si telle était sa volonté, qu'il en soit ainsi.

 

Post Mortem, ce sont les mots d'un homme qui porte haut ses blessures, qui revendique ses fragilités et sa singularité. La voix tantôt puissante, tantôt fragile, tantôt claire, tantôt brisée, c'est l'album d'un homme multiple. D'un homme entier.

Déjà son port altier disait sa fierté d'être ce qu'il était, un écorché vif, un vrai. Et tant pis, les mots sont tombés même s'ils sonnent comme un cliché c'est pour des hommes comme lui qu'ils ont été associés.

On aime  l'autoportrait dessiné du point de vue "des autres"  sur "L'estropié" "Tout ceci étant décidément une bien désagréable pensée, chacun préfère, en pensée et en acte, baisser les yeux ou les détourner de ce qui simplement les ramène à leur simple condition d'homme périssable et fragile capable d'être balayé".

On aime aussi ce journal intime d'un homme qui a accepté sa part d'ombre et la revendique même haut et fort, parce que c'est ça, la vie : la force et la douceur mêlées, l'amour et la violence conjugués.

Guillaume Depardieu livre un album cathartique.

Post Mortem ce sont des mots mais aussi une voix et un souffle. "Je mets les voiles" s'ouvre sur un exhalaison de fumée de cigarette, il y a ici et là de la douceur, des cris, une voix qui dérape.

Cet album tire son charme de ses imperfections qui le rendent vivant, humain, touchant.

C'est un recueil de 11 chansons à fleur de peau où l'amour le dispute à la violence. Un album tout sauf manichéen, l'album d'un homme qui a acccepté sa part d'ombre et que la vérité de ce qu'il est n'effraie pas.

"La violence vient de l'ignorance alors lance et défonce la tête à tous les préjugés, même dans ta tête, c'est limité faut sans arrêt bouger, c'est l'évidence alors j'avance sans m'occuper des coups ou les éviter ou les encaisser, c'est du noble art, c'est du noble art, mec. Alors avance" "La violence"

 

Guillaume Depardieu a puisé la force de ses titres dans les mots, les thèmes abordés mais aussi dans les mécanismes employés. Exemple avec "Je fais ce que je veux de mon corps" :

"Je fais ce que je veux de mon corps car je ne dispose pas de mon sort, j'apprivoise le transport vers le ciel..."  chanté avec une voix légère, semblant très à propos qui se transforme quelques couplets plus loin, en rugissement, faisant monter l'intensité d'un titre basé sur la répétition obsédante. 

 

Bien sûr l'album convoque quelques fantômes. Impossible de ne pas penser à Gainsbourg jusque dans le phrasé lorsqu'il entonne "Ma vérité" sur ces mots " La patience me quitte quand je vois l'impudence, quand j'entends la prudence, l'interdit  m'excite"

 

"Les mots samourai" clot l'album et justifie presque l'existence de ce projet. Lorsqu'on envisage les mots comme des armes, capables de faire tomber les préjugés et le mal, sous quelque forme qu'il se présente, écrire est plus qu'une envie, c'est un devoir.

"Je n'ai que les mots tout beaux pour dénoncer les mots tout faux. L'arme des affamés, ceux qui n'ont plus de larmes, les mots ultra ciselés des métaux les plus purs pour mieux les transpercer, qu'ils puissent mieux rendre l'âme, ces mots faits pour crever (...) Tous ces mots sont pour vous, pour vous crever la gueule, pour vous éradiquer, pour toute l'éternité, pour toute l'éter-ni-té"

.

Intense, vibrant, cet album est truffé de mots qui font mouche, de formules qui touchent.

Sorti le 25 novembre dernier, il fait d'ores et déjà partie de mes classiques.

 

Comme le veut la coutume ici, voici mon top 3 :


"Faisons l'amour" (Je t'en avais déjà parlé ici) qui -à mon sens- cristallise tout l'esprit de l'album (l'amour et la violence mêlés) (et pour les cordes envoutantes) :


 

 

 "Je mets les voiles", déclaration vibrante à propos d'une rupture qui me tire quelques larmes à chaque écoute. 


"Je pose un diktat à notre histoire, je mets un véto car j'peux plus t'voir souffrir comme ça, j'préfère crever que d'être une source à ta souffrance, j'préfère partir, t'abandonner, plutôt que d'être ton meurtrier"

 

 

"Si on s'aimait"

"Autour de moi y'a que des gens seuls, autour de moi, tout se casse la gueule. Non pas toi, je t'en supplie, tu es mon seul ennemi, tu es mon seul allié, non pas toi je t'en supplie, tu es mon seul ennemi, tu es mon seul ennemi, tu es mon seul amour.

Si on s'aimait, si on s'aimait...Si on s'aimait, si on s'aimait. Même si c'est dur, ça vaut la peine, ce qui est sûr, ce sera sans haine..."

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents