Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Soirée de clôture du Festival Chorus #1 Le Prix Chorus #Photos

Publié par NotSoBlonde sur 3 Avril 2012, 04:50am

Catégories : #Musique

cloture-chorus-72.jpg

Samedi soir dernier c'était la dernière soirée du Festival Chorus. Un festival qui a encore tenu toutes ses généreuses promesses en proposant une programmation incroyable midi ET soir. Chapeau.

J'étais présente à la soirée d'ouverture (rappel : retour ici et là) et je suis à celle de clôture, la boucle est bouclée, tout est bien qui finit bien. Qui finit on ne peut mieux, même. Parce qu'alors que j'assiste avant d'aller me mettre au chaud sous le chapiteau du Magic Mirror à une excellente prestation des Meltones (que j'avais déjà vus ici et que, si tout va bien , je revois très bientôt), j'apprends qu'avant le double plateau du soir qui propose d'écouter Stuck In The Sound et General Elektriks, chacun des 6 groupes retenus pour le prix Chorus interprétera deux titres avant que le lauréat 2012 ne soit révélé. Parfait. 

Parce que parmi eux il y a des groupes que je connais déjà et que j'apprécie et d'autres dont je n'ai encore jamais rien écouté mais que j'ai très envie de voir étant donné que depuis leur sélection en finale du prix Chorus, j'en entends dire du bien partout.

Pour présenter les "candidats" je découvre Oldelaf, déjà croisé ici, qui mettra toute la soirée sa bonne humeur au service du comblement de vide inhérent aux (nombreux) changements de plateaux.

Nous y voilà donc.

 C'est la formation de Crâne Angels qui entre en scène et a la délicate mission d'ouvrir la soirée. Ca sonne rock vintage avec de belles harmonies vocales, les musiciens échangent leur position pendant le (très court) set. C'est un peu les chaises musicales sur scène, avec 10 personnes c'est un peu le bazar, mais ils gèrent ça bien. Détendus (trop?), les Crâne Angels interprètent deux titres et puis s'en vont, comme le veut la règle. Après avoir assisté à l'ensemble des prestations du soir, je dirais que c'est le groupe qui m'a le moins plu. Ca m'évoque trop de choses que j'ai déjà entendues. Mais suis-je à même de juger tout un projet d'après 2 titres? (la réponse est bien évidemment NON).

Puis c'est au tour de Rafale de s'installer. Beau travail des lumières. C'est, la plupart du temps, très dark et ça colle à la peau de ce groupe dont l'électro rock caresse autant qu'elle égratigne. Sexy music. J'aime. 

Pour la suite de ses interventions, Oldelaf qui assurait jusque là en solitaire est rejoint par ses 4 compagnons de choc. Reprenant certains de ses tubes, il embarque le public tout disposé à se laisser distraire. Bien joué.

6893869002_27ca52e547_b.jpg

Arrive Christine and The Queens qui mérite la palme de l'élégance du soir. Dans son tailleur-pantalon noir, la jolie rousse, sensuelle et chic, envoie son électro classe teinté d'humour. Il faut dire que les femmes ce soir là ont de quoi impressionner. Mais j'y reviens.

Une "tristitude" d'Oldelaf plus tard, arrive Juveniles. Mes chouchous du soir, ex aequo avec Hyphen Hyphen. De l'électro pop ultra efficace qui buzze de partout ces temps-ci. Et pour cause...C'est franchement excellent.

Alors que les pronostics vont bon train dans le public, Garciaphone s'installe à son tour. L'avant dernier groupe à se produire défend sa folk-pop avec conviction. Agréable mais pas renversant, surtout après ce qu'on vient d'entendre. Il faut aussi dire qu'à ce stade de la soirée j'attends avec impatience de revoir enfin Hyphen Hyphen. Premier live l'été dernier à la Flèche d'Or, puis second au festival des Bars En Trans. Depuis je n'avais qu'une hâte : les retrouver enfin.

Tatouages tribaux, accessoires dorés, sequins. Ils sont là, s'installent, et quand la musique commence, comme toujours, ils donnent le meilleur. Je suis comme à chaque fois complètement subjuguée par l'énergie incroyable développée par la chanteuse, une vraie lionne, qui semble occuper seule tout l'espace. Voix puissante et jeu de scène ébouriffant. Parfaite.

Quand les dernières notes s'éteignent j'ai la certitude qu'il n'y a qu'Hyphen Hyphen qui peut être lauréat du prix :15 000 euros à la clé pour aider au développement d'un projet, je me surprends à rêver que leur carrière est lancée au grand galop mais Oldelaf me rappelle à la (triste) réalité. Il revient annoncer le nom du lauréat du Prix Chorus 2012, après avoir chaleureusement remercié tout le staff du festival. 

Et là. Stupeur (et tremblements) : C'est Crâne Angels qui est annoncé.

Non mais SANS RIRE?

J'ai l'espoir un peu fou une fraction de seconde qu'il y a eu erreur et qu'on corrige tout ça bien vite mais non. Note bien que je n'ai rien contre eux, les Crâne Angels, mais je trouve juste que c'était en dessous de ce que les autres ont pu présenter ce soir-là.Bon voilà disons que je leur souhaite bonne route et j'espère qu'ils sauront mettre à profit le prix qu'ils ont reçu.

 Arrive enfin le moment des traditionnelles félicitations et de la remise de fleurs. Les crane Angels jouent avec le réservoir de leurs bouquets : un des musiciens choisit d'asperger les premiers rangs (squattés par tout ce que la salle compte de caméras et appareils photos en tout genre). Oldelaf se permet un "Ah bravo, tu viens de niquer (sic) une caméra à 15 000" "ah c'est pas grave on a gagné, on peut payer maintenant" s'amuse le coupable. J'esquisse un sourire. Je ne devrais pas. Mais reconnais que c'est drôle.

Bref.

Voilà. S'en suivra un court instant pendant lequel Oldelaf annoncera qu'un jury de collégiens des Hauts de Seine a élu son groupe coup de coeur parmi la sélection du soir et devine? C'est Hyphen Hyphen qui gagne.

JUSTICE (crié-je en mon for intérieur). Bon mais voilà, le groupe ne gagne que la satisfaction d'avoir été reconnu par le public. Ce qui est déjà beaucoup, j'en conviens. Mais ce qui est aussi relativement peu en comparaison des 15 000 euros associés au prix Chorus. Mais enfin.

Je reviens bientôt sur la suite de la soirée, avec le concert de Stuck In the Sound, que, le croiras-tu, je n'avais encore jamais vus en live. A très vite.

XX

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents