Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Syd Matters à la Maroquinerie : mardi 1er juin, la magie était au rendez vous rue Boyer!

Publié par NotSoBlonde sur 4 Juin 2010, 06:00am

Catégories : #Musique

 

syd matters-1-143

 

Syd Matters, voilà un groupe dont je suis fan incontestée depuis la première écoute. Plutôt récente au vu de l’histoire du groupe cette première écoute, d’ailleurs. C' est un de ces groupes dont on peut s’enorgueillir  de les connaître et de reconnaître leur valeur étant donné qu’il ne jouit pas d’une reconnaissance à la hauteur de son talent. Aussi je suis fière d’être parmi les admiratrices de son travail car je sais que je partage ce caractère avec une assemblée de gens de bon goût. Peu importe si elle n'est pas de taille à remplir le stade de France (et pour Syd Matters le public est là pourtant simplement ce n'est pas un groupe qui draine des millions de fans).

  Cet amour que j'ai pour Syd Matters ce n’est vraiment pas un snobisme musical (comme  le sont parfois les affections disproportionnées de certains pour des groupes plus-que-confidentiels)parce qu’en toute sincérité je serais ravie que leur succès soit plus retentissant et que nombreux soient ceux qui s'ouvrent à leur talent. Mais voilà…il n’en est pas ainsi. D’ailleurs un webzine musical qui avait prévu un live report de ce concert l'a finalement annulé en raison du caractère « trop indé » du groupe. Ciel ! N’est-ce pas une bonne raison (la meilleure ?) que de faire paraître des publications sur des groupes indés afin d’élargir leur public?

 

Pour moi, les membres de ce groupe sont parmi les mugiciens que j’écoute avec un bonheur incomparable à chaque fois. Un mugicien, détrompe toi, ce n’est pas une faute de frappe. C’est une de mes inventions. J’explique. Un mugicien, donc, c’est un musicien-magicien (tu vois comme les deux termes se ressemblent, je ne peux pas croire que c’est seulement le fait du hasard ou d'une convergence étymologique); un de ces artistes qui bricolent des ambiances incroyablement dépaysantes à partir de presque rien : quelques instruments, un peu d’énergie et beaucoup de talent. Le maitre d'une alchimie étrange. Un peu magique.

 

Le dernier album en date de Syd Matters (Ghost Days) m’a accompagnée à de nombreuses reprises cette année. Un recueil de titres fascinants. Ceux qui ont ma préférence?

   

 

 Difficile de choisir mais alors que la plupart des fans se pâment à l’écoute de « black and white eyes »  (de l’album précédant (a whisper and a sight)) ma préférence sur cet album  va à « tired young man »; pas de jaloux, ni l’un ni l’autre de ces deux titres n’a été joué sur la scène de la Maroquinerie mardi 1er juin.

 

Concernant le dernier album (ghost days) c'est à "after all these years by your side" que je décerne mon plus gros coup de coeur. Il n'a pas non plus été joué mardi. Tant pis. Le set était très bon malgré tout.

 

 

`

 

Mardi 1er juin au soir justement, Paris est noyé sous la pluie.

Le groupe est annoncé à la Maroquinerie dans le cadre des balades sonores et il est prévu qu’il joue des titres du nouvel album (Brotherocean), dont la sortie est prévue  fin août. (En attendant, Hi Life, un extrait de ce futur album est en écoute Ici. Ca aide à patienter).

 Depuis le métro jusqu’à la salle de concert, la remontée de la rue de Ménilmontant est carrément pénible si on considère :

1. Que je suis en retard et que je déteste ça.

2. Que j’ai revêtu ma (trop ?) courte jupe bleue élastiquée dont je découvre avec horreur qu’elle plisse façon accordéon avec une  ampleur tout à fait impudique dès lors que je me décide à allonger ma foulée.

 

 Je tente donc de rallier la rue Boyer en tirant régulièrement sur mon vêtement et en jurant qu’on ne m’y reprendra plus tout en essayant de maintenir au sec ce qui peut l’être sous mon étroit parapluie. 

J’arrive en retard. Mes chaussures laissent entendre un chuintement mouillé quand j’avance et j’ai le souffle court. Pas franchement le comble du confort -ni du glamour- mais S. est là pour m’accueillir, pass en main, nous permettant de fendre la foule agglutinée à l’entrée et qui déborde largement sur le trottoir trempé. Ma crispation se mue en satisfaction de privilégiée. Détente instantanée.

 

La première partie est assurée ce soir là par « my girlfriend is better than yours » duo qui comprend un des membres de Syd Matters (Olivier Marguerit) et son amoureuse (Laurie Lassale). Hormis le nom du groupe sur lequel j’ai bien entendu tout de suite accroché à la réception de leur requête myspacéenne il y a un moment déjà (eu égard au franc sourire qu'il a fait naitre immédiatement sur ma face toute crispée par la contemplation de l'écran) , j’ai tout de suite aimé l’ambiance musicale qui se dégage de leurs morceaux. Les textes sont parfois déroutants mais au final le rendu est franchement amusant. A découvrir.

 

 

 

Thos Henley arrive ensuite et son physique de jeune homme bien propret (il me fait penser à Léonardo Di Caprio avant sa rencontre avec Scorcese) me fait un peu stresser sur le moment, j’avoue.  Mes inquiétudes se dissipent rapidement quand, à l’écoute de son set, je comprends que son allure juvénile n’a rien à voir avec sa musique et que l’artiste fait preuve d’un charisme inattendu une fois en scène. Il aura d’ailleurs droit à son propre billet ici incessamment sous peu c’est pourquoi je ne m’étends pas sur son cas.

 

 

 

   Quand il débranche sa guitare et fend la foule pour s’installer au milieu du public subjugué c’est un instant dont on perçoit le caractère enchanteur au silence qui se fait immédiatement parmi les spectateurs. Ajoutons à cela que l’homme est bavard et franchement drôle et l'on comprend que c’est une jolie rencontre que celle de Thos H. Je précise quand même qu’avec S. nous avons tout de suite flairé notre nouveau coup de cœur musical.

 

boogers blog 683

 

A la sortie je récupère un E.P. et quelle n’est pas ma surprise quand je constate que la pochette est bricolée avec une impression maison d'une photo de l'artiste sur une face et'une illustration réalisée à main levée sur l’autre. J’adore le côté « pièce unique » que ça confère à l’objet. Décidément, il a tout bon.

 

boogers blog 682

 

Le set du soir de Syd Matters est assez indescriptible.

 Comment mettre des mots sur la déferlante d’émotions qui traverse le public lors de leur prestation? Comment décrire la magie du moment ?

Je me refuse à essayer de retranscrire l’émoi de l’instant et me contente de vous intimer de réserver vos places au plus vite pour leur concert de novembre.

 Bien sûr la salle sera plus vaste.

 Bien sûr l’ambiance sera différente.

 Mais ces mugiciens là ont de quoi rendre chaque concert merveilleux.

 Il ne vous reste donc qu’à assurer votre présence au bataclan le 5 novembre au plus vite…

  

 

 

 

 

Le lien vers l'album complet est là.

 

Merci à Yapucca et Musique Mag.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents