Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Tu aimes ça? Nan mais attends c'est pas possible je vais t'expliquer...

Publié par NotSoBlonde sur 11 Janvier 2013, 10:00am

Catégories : #Le reste

right-and-wrong

Ce n'est pas la première fois que je m'exprime ici à ce sujet.

Malheureusement.

Et j'espère, pour tout te dire, que c'est bel et bien la dernière. En tout cas c'est la résolution que j'ai prise et je compte bien m'y tenir.

Dans le milieu de la musique (et peut être plus généralement dans celui de la culture) il y a des goûts qu'on est un peu obligé de partager.

Des fondamentaux.

Des influences que l'on se doit de revendiquer, des artistes qu'on est obligé de vénérer.

Bon, déjà ça, ça m'énerve un peu parce qu'après tout libre à chacun d'avoir ses propres icônes et au contraire, de ne pas succomber à un talent pourtant universellement reconnu. La sensibilité individuelle autorise sans doute que nous n'ayons pas les mêmes références et après tout, pourquoi pas?

 

Affirmer publiquement que l'on n'est pas très sensible au talent d' un de ces monuments, passe encore. En général ça peut même être l'occasion de se distinguer un peu et, à condition d'avoir préparé un argumentaire soigné, ça peut même te permettre de passer pour un esprit d'une finesse inouïe qui attend encore plus d'un artiste que ce que le géant qu'il méprise a à lui proposer.

Pour certains c'est même devenu une position quasi-systématique qu'ils ne prennent plus la peine de justifier s'autorisant à penser que le mépris seul suffit à poser une attitude d'intellectuel rebelle. Ceux là je les fuis.

 

Quand, par malheur, parce que tu ne l'as encore jamais fait ou que soudain tu te sens envahi d'une hardiesse inconsidérée, tu oses par contre affirmer ton amour (n'ayons pas peur des mots, ici ce n'est pas le genre) pour le travail d'un qui a rencontré un trop grand succès (ce qui va immédiatement le rendre méprisable auprès d'un pourcentage non négligeable des acteurs du milieu de la musique qui aiment tant que le grand public n'a pas encore craqué et relèguent un talent aux oubliettes sitôt qu'il remporte l'adhésion du plus grand nombre), là tu prends le risque de provoquer un tollé.

 

Que tu aies ou non préparé un argumentaire détaillé n'y changera rien, tu te rendras vite compte que tes interlocuteurs, non contents de remettre clairement en question ton jugement, ambitionnent carrément de te faire changer d'avis.

 

Comme si ton inclination pour cet artiste n'était liée qu'à un problème de compréhension.

 

Très sérieusement, pour évoluer au quotidien dans un milieu "extérieur" à la musique, je t'assure que c'est quelque chose d'assez spécifique.

Ailleurs les autres jugent eux aussi tes goûts mais souvent cela génère des discussions qui ne débouchent pas sur un discours didactique que j'irai jusqu'à qualifier d'humiliant (tu te souviens : la peur, les mots, tout ça...). C'est un peu perturbant.

Dans le même esprit, je l'ai déjà évoqué ici mais le fait que je commente en direct sur Twitter "la nouvelle star" à chaque fois que je suis devant mon écran engendre des réactions qui me surprennent toujours. Sur l'air du "mais enfin je croyais que tu aimais la musique" etc...  Et leur(s) auteur(s) de m'expliquer que le fait de suivre ce programme fait que je participe malgré moi à la mort de la culture en France etc, etc...

 

NON MAIS VRAIMENT CE QU'IL NE FAUT PAS ENTENDRE!

 

Ce qui m'énerve le plus là-dedans c'est que ce genre de remarque vient souvent de personnes qui évoluent elles-mêmes dans le milieu de la musique.

Alors bon. Je vois là l'occasion de parler de quelque chose que j'ai remarqué depuis que j'y ai mis le nez (derrière le rideau).

 

Si il existe une multitude de tremplins permettant aux jeunes talents de se faire connaître, il est vrai qu'en fouillant un peu on se rend compte que rares, mais TRES RARES même, sont ceux qui "ne viennent de nulle part".  Qui n'ont pas déjà un pied dans la musique (voire la jambe toute entière) avant de réussir à faire parler d'eux.

 

Soit parce qu'ils appartiennent déjà à une lignée d'artistes, soit parce qu'ils font partie d'un réseau parisien (car très vite tu réalises que parmi tous les groupes qui se produisent à Paris, tu peux aisément effectuer un regroupement qui crée des clans qui ne sont pas si nombreux que ça, au fond).

 

Et tu découvres aussi rapidement que les concerts partagés, les premières parties, les promos, les invitations, les duos, tout ça c'est souvent le résultat d'accointances.

Certes les musiciens qui évoluent ensemble partagent sans doute une même sensibilité musicale mais ils se renvoient aussi la balle, régulièrement, pratiquant une sorte de ping-pong promotionnel souvent très efficace.

Soit.

 

Comme ils emploient souvent le terme eux-mêmes, les musiciens se reconnaissent l'appartenance à une "famille" musicale et quoi de plus naturel que de s'entraider au sein d'une même famille, je te le demande? Rien. Très bien.

 

Mais alors : Pourquoi, soudain, lorsque certains tentent de se faire connaitre par d'autres biais, n'ayant pas la chance d'appartenir à un vrai réseau ou n'ayant tout simplement aucune connaissance du milieu dans lequel leur passion de la musique les pousse pourtant à vouloir évoluer, pourquoi s'offenser et faire pleuvoir des nuées d'insultes (oui parce que souvent, ça va jusque là) sur leurs tentatives télévisées?

Sans rire, je ne comprends pas ce mépris immédiat. 

 

Je trouve qu'il y a là dedans quelque chose qui est presque de l'ordre du mépris de caste (pour qui te prends-tu, toi qui n'appartiens pas au "milieu" pour tenter d'émettre un avis ou de te faire une place parmi nous?)

Et qui ressemble aussi souvent à du mépris de classe.

 

Parce que certains semblent avoir décidé que leur petit monde est un cercle très fermé et entendent bien qu'il en soit ainsi ad vitam aeternam.

Parce qu'ils voient d'un mauvais oeil toute tentative d'intrusion, qu'elle soit motivée par une vraie passion ou non.

 

Mais enfin en quoi cela peut il les gêner que certains tentent leur chance en utilisant un autre biais?

Il ne s'agit pas de vendre son âme au diable, ici, il ne faut pas exagérer.

 

Alors voilà, milieu de la musique, depuis que j'ai appris à te connaitre j'ai fait de merveilleuses découvertes mais, je dois bien te l'avouer, j'ai aussi essuyé pas mal de déconvenues.

Parmi ce qui me froisse le plus, il y a ce genre d'attitude bêtement automatique qui consiste à mépriser d'emblée des projets sur lesquels certains n'ont même pas pris la peine de se renseigner. Qu'on aime ou qu'on n'aime pas, je n'ai rien à redire, chacun ses choix. Qu'on s'imagine être suffisamment important pour pouvoir/devoir imposer son point de vue aux autres, là, j'avoue, je ne l'accepte pas. Ca témoigne en plus d'une très haute opinion de soi. C'est irritant.

 

De l'écrire ici ne changera rien, c'est certain. Mais enfin, personnellement, ça me fait du bien. 

Si rien qu'une personne qui adopte ce genre de comportement de temps en temps peut s'interroger une fois, une seule, sur sa pertinence et peut-être la prochaine fois, y réfléchir à deux fois avant de se lancer dans une vaine diatribe, ce sera toujours ça de gagné.

Si ça n'arrive pas tant pis. Le soulagement que j'en ai retiré est bien suffisant, à lui seul, pour justifier l'existence de ce billet.

 

De temps en temps je pense aux échanges que j'ai fréquemment avec ceux que j'apprécie concernant tel ou tel artiste. Quand nos opinions divergent c'est l'occasion d'un échange d'idées. En aucun cas ça ne s'achève par un sermon proféré par un interlocuteur convaincu de son indiscutable raffinement. C'est sans  doute une des raisons pour lesquelles je recherche leur compagnie.

 

Bon, c'est sur ces mots que je choisis de m'arrêter.

 

Bien à toi, lecteur.

XX

 

Add-on : je viens de lire un commentaire dans lequel une lectrice de passage s'offusque de ce que je témoigne ici de mépris pour les musiciens indé, euh, pardon mais j'ai bien failli m'étouffer.

Je crois qu'il est possible que j'aie été mal comprise alors je glisse ici un add-on qui est la réponse que je lui ai rédigée (j'ai écrit le billet sous le coup de l'émotion, il est possible qu'il manque de clarté sur certains points)...

 

Alors alors, elisamidi, entendons nous bien, je n'ai jamais critiqué les musiciens qui évoluent dans le milieu indé. Au contraire pour les cotoyer de près je leur reconnais une vraie bravoure à vouloir défendre bec et ongles leur intégrité en tant qu'artiste et je conçois parfaitement qu'ils n'aient pas envie de se compromettre en participant à ce genre d'émissions.

Je trouve leur attitude très noble et j'ai beaucoup d'admiration pour eux parce qu'ils doivent justement concilier le fait de devoir avoir un travail "alimentaire" à côté pour pouvoir poursuivre, leur projet musical n'étant pas encore rentable et je suis très touchée par ce courage qu'ils ont et les sacrifices que ça impose.

Même une fois qu'ils ont une vie de famille, leur passion les guide et ils jonglent avec un quotidien pas toujours évident pour ne rien abandonner et très sincèrement je suis très émue par leur volonté de ne renoncer à rien malgré la difficulté de la situation...

Mais tu vois, justement, je comprends d'autant moins qu'ils se braquent et soient si durs envers ceux qui tentent leur chance par ce biais puisque de toute façon, ils ne leur prennent pas leur place, ce sont deux mondes différents...le fait que M. Pokora ait autant de succès n'empêche pas qu'il y aura toujours un public pour Dominique A. Je prends des extrêmes mais c'est pour rendre le propos plus lisible.

Ceux qui ont un vrai talent et une personnalité ainsi qu'une volonté hors-norme sauront faire une carrière après l'émission, les autres non. C'est éphémère souvent, à cause de ce que le projet est trop "vert".

 
Les autres artistes, ceux qui suivent la voie "classique" pour se faire connaitre, eux, ont muri ce projet, l'ont testé auprès du public, se sont entourés de personnes efficaces sur qui ils peuvent compter... Le chemin est différent. C'est plus difficile de percer. Bien sûr. Mais c'est plus solide et ça a donc plus de chances de durer.

Ce que je fustige dans ce billet ce ne sont pas les musiciens indé (si tu parcours le blog, tu t'en rendras vite compte...) c'est l'attitude inadmissible de certains qui me font me sentir moins que rien en me prenant de haut lorsqu'ils m'assènent leur vérité interdisant toute forme de dialogue.


Il ne s'agit pas d'artistes d'ailleurs, ou alors vraiment TRES rarement, mais plutôt de personnes qui gravitent autour d'eux pour des raisons variées.

Que ça concerne ce genre de programme ou certains de mes goûts, c'est en fait toujours la même chose.

Je crois que pour certains (mais ils ne sont pas si nombreux n'exagérons rien) il s'agit aussi VRAIMENT d'un mépris de classe.

J'ai des goûts variés, peut être du fait de mes origines, très simples, qui font que j'ai, dans ma jeunesse, été confrontée essentiellement à de la musique dite populaire. Exclusivement, même. J'assume ça, j'assume d'aimer des artistes très grand public autant que d'autres qui ne sont encore connus que d'un petit nombre de privilégiés. 

Certains dans le milieu de la culture en particulier aiment mettre en avant leur origine sociale et ce sont souvent eux qui se permettent ce genre de débordement. A croire qu'ils ambitionnent de m'éduquer, étant donné le contenu de leurs propos et le ton sur lequel ils les profèrent.

C'est contre eux que je souhaitais écrire ici.

Malheureusement les fois où je suis confrontée à ces interlocuteurs, je n'ai pas le courage de leur dire combien je suis heurtée par leur attitude, j'essaie de leur faire comprendre que je ne souhaite pas poursuivre la conversation poliment et je m'éclipse.

Basta.

Je me suis dit que ce blog pouvait peut être me permettre d'évoquer ce "problème".

J'en ai parlé à l'occasion avec quelques blogueurs et je ne suis pas la seule à avoir à faire face à ce genre de comportement. Les blogueurs entre eux ont ce genre d'échanges aussi parfois et ça me donne envie d'hurler.

Ca ne changera peut être rien d'en parler mais comme je l'ai écrit ça m'a un peu soulagée...

Et merci pour ton commentaire, il m'a permis de réaliser que je pouvais être mal comprise et je vais ajouter cette réponse en add-on au billet. 

 

Du coup ça me permet de terminer en musique, alors que je n'avais pas réussi lors de la première édition du billet, et ça me contrariait un peu, il faut dire... "Don't let me be misunderstood" qui me parait très appropriée...

 

Enfin il semblerait qu'au moins une personne du monde de la musique ait pris le billet pour elle, l'ayant relayé sur FB en mentionnant des personnes que je ne connais pas ou à peine et avec qui, n'ayant jamais eu d'échange réel, je ne risque pas d'avoir eu ce genre de conversation. Maintenant si certains se sentent concernés tant pis. Ou tant mieux je ne sais pas...Tout ceci ne m'appartient plus...

Ceux que je vise ne sont pas ceux qui détestent massivement ce qui est grand public, par principe. Ceux là je m'en fiche un peu, ils ont leur avis, qui est ou n'est pas le même que le mien mais tant qu'ils n'interagissent pas avec moi, me tenant un discours puant de suffisance, j'avoue m'en désintéresser totalement. 

 

Je te laisse finalement sur ces quelques précisions.

Bon week-end, lecteur.


Commenter cet article

Robin Notte 12/01/2013 13:54


Bonjour !


Je voudrais réagir sur ton post qui si vrai sur de nombreux points a tendance a stigmatiser quelque chose qui concerne tout le monde. Je suis musiciens professionnel , jazzman de formation,
pianiste de Corneille et de Kenza Farah (toute mon histoire sur mon site) . Je cotoie donc a la fois le monde de la musique "savante" et de la musique populaire.


Le mépris systématique de la musique savante pour la musique populaire est excecrable et je ne pourrai que te rejoindre sur ce point, pareil pour le snobisme de devoir aimer tel ou tel artiste
parce que " ca fait bien". moi ca me rend fou et heureusement ma carriere me permet d'emmerder haut et fort les bien pensants sans qu'on puisse me prendre de haut pour mon incompetence. Cela dit
le fait de mepriser la starc (parce qu'au fond c'est a ca que tu arrives) n'est pas l'apanage des musiciens . En effet les seuls gens que je connais qui regardent la starac ne sont pas musiciens
et sont loins d'etre tendre avec les candidats, et de nombreux non musiciens trouvent le concept a chier , evidemment personne ne connait les difficultés techniques que les candidats peuvent
rencontrer et sont extremement severes avec eux (moi qui connait l'envers du décors je peux affirmer que leur place n'est pas facile, meme si je ne suis pas pour autant cette emission car ca ne
m'interresse simplement pas)


le fait de mepriser cette emission n'a rien avoir non plus avec le fait de ne pas vouloir faire rentrer untel ou unetel dans un reseau.


il faut savoir que le reseau des musiciens et le reseau des produits televisuels n'a rien a voir. ils n'ont donc rien a craindre , de toute façon ce sont des spheres qui ne se cotoient
pratiquement pas. d'ailleurs ce que tu décris aussi concernant la famille et les musiciens qui se renvoient la balle , tout ca c'est du flan aussi. dans la réalité chacun preche pour sa paroisse
et il n'y a pas beaucoup de solidarité .


le probleme de la musique c'est que c'est une chose qui appartient a tout le monde , aujourd'hui c'est devenu gratuit et on en fait une consommation de masse. tout le monde pense avoir donc
suffisamment de connaissances pour pouvoir juger puisqu'il ecoute beaucoup de musique. le respect des gouts n'a jamais existé et n'existera jamais que chez les gens ouverts d'esprits, ce qui ne
représente pas la majorité, ni chez les musiciens, ni chez les autres.  tu peux donc garder tout le début de ton post concernant la bienséance et le snobisme insupportable  mais ton
paragraphe sur les musiciens, le milieu tout ca, la tu es sur une pente un peu savoneuse a mon humble avis. la betise et le mepris est la propriété de l'humanité toute entiere !


bien a toi


 


 


 


 

elisamidi 11/01/2013 18:40


Je ne crois pas t'avoir jamais craché mon mépris au visage au sujet de la nouvelle star, mais faisons comme si, et laisse moi argumenter. Les réseaux de musiciens que tu sembles tant mépriser
(surtout s'ils ont la mauvaise idée d'être Parisiens, les salauds) se créent autour de gens qui ont envie de faire de la musique. Ils font donc de la musique ensemble: dans des appartements, des
squats, des caves et puis ensuite (s'il arrivent à faire tourner qqs morceaux correctement) dans la rue, dans des bars, puis eventuellement (si un public les suit) dans des salles de concerts.
S'il existe un musicien génial qqpart qui pourrit au fond de son appartement (Van Gogh style) ce n'est pas lui qui ira passer les selections pour passer à la télé. Parcequ'en fait, il ne cherche
pas à " se faire connaitre par d'autres biais", il cherche à faire de la musique. Et si par le plus grand des malheurs il se retrouve à la télé, alors on ne lui demandera qu'une seule chose:
faire de l'audience (et ce sera pas forcement très beau à regarder). La plupart des musiciens du "réseau" traditionnel se mettent aussi à faire des concessions (et/ou de la merde) quand ils ont
la possibilité de faire de l'argent, mais c'est un peu triste et moche de voir des gens qui commencent directement par là...


Je te recommande chaudement une magnifique fiction sur ce thème: Black Mirror (E2) http://www.videoweed.es/file/514201f0cbd78


Pour ce qui est du mépris, c'est une très vilaine habitude, qui vient un peu avec l'âge il me semble, quand on commence à penser que les personnes qui ne partagent pas certaines de nos
idées/valeurs/conceptions ne peuvent rien nous apporter et que nous même on ne peut pas faire grand chose pour eux. ça a un côté un peu désabusé (ou lucide? je n'arrive pas à me décider la
dessus). Je t'ai répondu parcequ'on est sur un blog, et que je ne méprise pas tes eventuels lecteurs mais pour être tout à fait sincère, si on avait été sur un coin de comptoir, je ne suis pas
sûre que j'aurai pris le temps de te répondre, parce que, sincèrement, est ce que tu en as quelque chose à foutre de mon opinion?

NotSoBlonde 12/01/2013 01:08



Alors alors, elisamidi, entendons nous bien, je n'ai jamais critiqué les musiciens qui évoluent dans le milieu indé. Au contraire pour les cotoyer de près je leur reconnais une vraie bravoure à
vouloir défendre bec et ongles leur intégrité en tant qu'artiste et je conçois parfaitement qu'ils n'aient pas envie de se compromettre en participant à ce genre d'émissions.


Je trouve leur attitude très noble et j'ai beaucoup d'admiration pour eux parce qu'ils doivent justement concilier le fait de devoir avoir un travail "alimentaire" à côté pour pouvoir poursuivre,
leur projet musical n'étant pas encore rentable et je suis très touchée par ce courage qu'ils ont et les sacrifices que ça impose.


Même une fois qu'ils ont une vie de famille, leur passion les guide et ils jonglent avec un quotidien pas toujours évident pour ne rien abandonner et très sincèrement je suis très émue par leur
volonté de ne renoncer à rien malgré la difficulté de la situation...


Mais tu vois, justement, je comprends d'autant moins qu'ils se braquent et soient si durs envers ceux qui tentent leur chance par ce biais puisque de toute façon, ils ne leur prennent pas leur
place, ce sont deux mondes différents...le fait que M. Pokora ait autant de succès n'empêche pas qu'il y aura toujours un public pour Dominique A. Je prends des extrêmes mais c'est pour rendre le
propos plus lisible...


Ceux qui ont un vrai talent et une personnalité ainsi qu'une volonté hors-norme sauront faire une carrière après l'émission, les autres non. C'est éphémère souvent, à cause de ce que le projet
est trop "vert".
Les autres artistes, ceux qui suivent la voie "classique" pour se faire connaitre, eux, ont muri ce projet, l'ont testé auprès du public, ce sont entourés de personnes efficaces sur qui ils
peuvent compter... Le chemin est différent. C'est plus difficile de percer. Bien sûr. Mais c'est plus solide.


Ce que je fustige dans ce billet ce ne sont pas les musiciens indé (si tu parcours le blog, tu t'en rendras vite compte...) c'est l'attitude inadmissible de certains qui me font me sentir moins
que rien en me prenant de haut lorsqu'ils m'assènent leur vérité interdisant toute forme de dialogue.



Il ne s'agit pas d'artistes d'ailleurs, ou alors vraiment TRES rarement, mais plutôt de personnes qui gravitent autour d'eux pour des raisons variées.


Que ça concerne ce genre de programme ou certains de mes goûts, c'est en fait toujours la même chose.


Je crois que pour certains (mais ils ne sont pas si nombreux n'exagérons rien) il s'agit aussi VRAIMENT d'un mépris de classe.


J'ai des goûts variés, peut être du fait de mes origines, très simples, qui font que j'ai, dans ma jeunesse, été confrontée essentiellement à de la musique dite populaire. Exclusivement.


Certains dans le milieu de la culture en particulier aiment mettre en avant leur origine sociale et ce sont souvent eux qui se permettent ce genre de débordement. A croire qu'ils ambitionnent de
m'éduquer, étant donné le contenu de leurs propos et le ton sur lequel ils les profèrent.

C'est contre eux que je souhaitais écrire ici.

Malheureusement les fois où je suis confrontée à ces interlocuteurs, je n'ai pas le courage de leur dire combien je suis heurtée par leur attitude, j'essaie de leur faire comprendre que je ne
souhaite pas poursuivre la conversation poliment et je m'éclipse.


Basta.


Je me suis dit que ce blog pouvait peut être me permettre d'évoquer ce "problème".


J'en ai parlé à l'occasion avec quelques blogueurs et je ne suis pas la seule à avoir à faire face à ce genre de comportement. Les blogueurs entre eux ont ce genre d'échanges qui me donnent envie
d'hurler. Ca ne changera peut être rien d'en parler mais comme je l'ai écrit ça m'a un peu soulagée...


Et merci pour ton commentaire, il m'a permis de réaliser que je pouvais être mal comprise et je vais ajouter cette réponse en add-on au billet. 



aidegute 11/01/2013 12:41


sympa cette rédaction de 3ème


 

NotSoBlonde 12/01/2013 00:07



Merci ça fait plaisir j'ai donc toutes mes chances pour le brevet. Me voilà soulagée...



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents