Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Un dimanche de festival à Paris #Solidays #Chris Milk #LaGadoue

Publié par NotSoBlonde sur 25 Juin 2012, 09:00am

Catégories : #Musique

Depuis le début de la semaine, à Paris, se tient la session d'évènements artistiques soutenus par The Creators Project. L'occasion d'assister à tout un tas de manifestations plus intéressantes les unes que les autres. Ayant été peu disponible en semaine, dimanche était l'occasion rêvée d'aller tester l'installation interactive de Chris Milk au centquatre, structure parisienne qui soutient la création contemporaine.

Là, après avoir un tout petit peu patienté (si peu), il est possible de prendre place devant 3 grands écrans blancs. Au sol devant soi sont installés des panneaux qui sont sans doute munis de capteurs puisque l'installation permet, sur chaque écran, de faire interagir le "spectateur" (qui devient du coup aussi acteur de la création, la rendant inédite) avec des animations dans lesquelles la constante est la présence d'oiseaux. Ma préférence va à celle qui permet de se munir d''ailes sublimes le temps d'un essai. J'ai d'ailleurs immortalisé Swann prenant la pose.

104-3.jpg

Donc sur cette photo c'est Swann.

 

Je te recommande vivement l'essai : A tester, donc.

104-2.jpg

Bon donc là c'est moi (OK donc bon, c'est clair qu'on ne nous reconnait pas très bien, je te l'accorde mais enfin voilà)

 

Ensuite direction le café caché, qui se trouve sur le site du centquatre pour un déjeuner qui devait être rapidement expédié. En fait le service était ultra lent ce qui, j'ai du mal à m'en remettre je te promets, m'a conduit à rater presque l'intégralité du concert de Beat Assailant alors que je me faisais une joie d'y assister... 

Bon, mais enfin il faut savoir qu'ils ont sur place des petits plats intéressants. Je te conseille notamment le gâteau banane/Chocolat qui en dehors du fait qu'il s'agit vraisemblablement d'une bombe calorique est aussi délicieusement bon et la salade de pois gourmands à l'oeuf cassé (en fait un oeuf mollet coupé au-dessus de la salade de pois) agrémentée de quelques tomates cerises confites au four et d'un morceau de gorgonzola...Bon j'ai tente de prendre une photo mais je ne suis pas sûre qu'elle aiguise ton appétit étant donné qu'elle ne fait pas honneur à la saveur de ce très agréable mélange...Alors je vais m'abstenir de la coller ici. Et me contenter de te conseiller vivement là encore de tester par toi même t de m'en donner des nouvelles.

Pendant que tu déjeunes, là bas, tu cotoies un peu d'art aussi et ce qui a retenu mon attention c'est cette installation signée BM&Fils. S'il se trouve qu'hier il pleuvait tout le temps du repas, sache que dès que la météo est au beau fixe, le café caché se découvre et permet de profiter au calme des rayons du soleil parisien (photos de l'endroit découvert à retrouver ici).

104-7.jpg

 

Après cette halte au centquatre, direction la porte Maillot pour accéder au festival Solidays. 

Là, j'avoue, je suis un peu en rogne contre le serveur qui a vraiment trainé et à cause de qui j'ai manqué le concert de Beat Assailant (en fait je suis arrivée pour le dernier titre seulement et son adorable remerciement "merci d'être venou malgré la plouie").

Bon mais c'est comme ça et l'on n'y peut rien.

Ensuite direction le concert des lauréats du prix Chorus 2012 avec Hyphen Hyphen, toujours aussi incroyable en live et qui présente un nouveau morceau à l'occasion puis Crane Angels (bon, eux, désolée mais j'ai toujours autant de difficulté à accrocher, trop nombreux, j'ai l'impression tenace que certains sont inutiles ou gênent un peu, vraiment...).

Entre deux concerts je prends mes habitudes au stand de thé à la menthe, parfaitement sucré et parfumé et qui réchauffe comme il faut. Oui, parce que figure toi qu'il a plu sans discontinuer (enfin si, 21h, l'eau a cessé de tomber mais bon, tout le monde était détrempé, d'ailleurs bon nombre de ceux que j'ai croisés se sont échappés beaucoup plus tôt que prévu à cause de ça). Heureusement, le thé était là...

D'ailleurs hop-hop-hop, j'en profite pour relever quelques effets secondaires liés à la météo désastreuse du jour :

1. Le sol s'est transformé en patinoire. Très rapidement. Et les glissades se sont multipliées, saluées à chaque fois par de grands cris et des applaudissements qui n'étaient pas sans rappeler ceux qui accompagnaient les "accidents de vaisselle" à la cantine. 

2. L'imagination fertile des festivaliers les a conduits a utiliser des protections imperméables variées parmi lesquelles certaines étaient plutôt insolites : je peux par exemple te citer la capote portée (et c'est inhabituel tu en conviendras) sur la tête en guise de couvre chef (merci le lubrifiant) et le sac poubelle qui, s'il faut établir des statistiques fidèles est sans doute l'attribut qui était le plus partagé hier : en surchaussures, en chasubles, en chapeau, en chaussettes,...Albal and co ont beaucoup servi ce dimanche-ci à l'hippodrome de Longchamp.

3. On pouvait croiser les protections thermiques sans aucun doute les plus efficaces mais pas les plus commodes : la couverture de survie a joui d'un petit succès et le duvet (oui, la couette quoi, carrément, en guise de manteau) a été croisée plusieurs fois.

4. La pénibilité du temps d'attente pour accéder aux toilettes étant nettement augmentée par la pluie incessante, nombreux sont les festivaliers qui se sont laissés aller à uriner le long des canisses : beaucoup de garçons (oui question de commodité) et, fait plus rare, quelques filles aussi. Pas franchement bien cachées. Bon mais sans doute la fin justifie t'elle les moyens.

5. Les espaces dédiés aux concerts étaient squattés même pendant les changements de plateaux, se transformant en espèces de hangars à bestiaux. En effet, le moindre espace sec étant très prisé, la foule se massait sous les chapiteaux même hors concert. Alors qu'habituellement elle se disperse sur les pelouses pour profiter du soleil d'été, là elle s'est retrouvée entassée malgré elle. Météo diluvienne oblige. D'ailleurs tiens, j'ai immortalisé un de nos (premiers, les bottes sont encore à peu près propres) moments de pause...


104-18.jpg

 

Puis nous sommes allées (après cette courte pause) écouter Arthur H et c'était bon. Comme toujours.

Ensuite direction Bernhoft, l'homme orchestre, seul en scène et pourtant donnant l'impression qu'ils sont toute une équipe, par le jeu de ses boucles et son double micro. Fin de concert sur Shout de Tears for Fears, comme  Bourges, toujours aussi efficace.

Ensuite direction le concert de Charlie Winston. Là encore c'est toujours aussi bon et j'ai même le plaisir de découvrir un nouveau titre (joie). Pendant le concert, sous la pluie (scène découverte : misère, nous sommes frigorifiées), de jeunes gens font d'énormes bulles de savon. J'admire. Puis je ne peux plus me retenir et je bondis pour en saisir plusieurs au vol. Bien sûr je manque de tomber (ça glisse je te dis) et alors que je viens fièrement d'en faire éclater une bonne dizaine d'affilée, le jeune homme qui les souffle vient me glisser "Savez vous qu'à chaque fois qu'on éclate une bulle de savon, un enfant meurt dans le monde?" (moi, intérieurement : ah non, décidément, l'effet papillon, hein....) en vrai "bah non je n'étais pas au courant, merci pour l'information et désolée pour le génocide auquel tu viens d'assister" Il sourit vaguement...Bon, du coup j'arrête d'éclater les bulles mais...frustration.

104-13.jpg

On file ensuite écouter Joey Starr. Bon on ne reste que 3 titres parce qu'on est trempées, fourbues, on n'en peut plus. On travaille toutes deux le lundi matin (enfin la journée complète mais il faut se lever) et bien sûr on a une seule envie c'est d'être au sec (et au chaud) un peu. Donc c'est fini pour ce Solidays 2012.

Pour cause d'obligations personnelles je n'ai pu assister cette année qu'à une date, elle aura été marquée par la pluie ininterrompue et la boue. Ca gâche un peu le tableau, je ne te le cache pas.

 

104-9.jpg

 

Je crois que pour ajouter un peu de son à ce billet, un morceau s'impose de lui-même...Le voici :


Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents