Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Festival Beauregard #3 : Portier Dean, Seasick Steve, Yodelice, Agnès Obel, Breton, Damon Albarn, John Butler Trio, Pixies.

Publié par LeBlogDeLaBlonde sur 7 Juillet 2014, 13:00pm

Catégories : #Musique

 

Beauregard-Dimanche-38.jpg 

 

C'est avec Portier Dean que j'attaque la dernière journée du festival Beauregard, placée sous le retour ô combien attendu du soleil.


Beauregard-Dimanche-4.jpg

 

 

Pour la plupart assis sur la paille fraiche étendue devant la scène B, les festivaliers découvrent le groupe caennais dont le folk épuré séduit en masse.

 

Beauregard Dimanche-2

 

Le trio -dans lequel chacun change de poste à un moment ou à un autre du set- joue des morceaux sur lesquels planent les ombres bienveillantes de Johnny Cash et Syd Matters et donne la preuve qu'il n'est absolument pas besoin d'en faire des tonnes pour séduire un nouveau public.

 

Beauregard Dimanche-3

 

Epatant.

 

Beauregard Dimanche-9 

 

 

Seasick Steve.


Beauregard-Dimanche-10.jpg

 

Comment est-il possible que je n'aie jamais entendu parler du bonhomme jusque là ? Mystère.

 

Beauregard Dimanche-11

 

Toujours est-il qu'en arrivant à Beauregard je n'avais aucune idée de qui était Seasick Steve et que le personnage m'a littéralement bluffée.

 

Beauregard Dimanche-12


Du haut de ses 70 ans, le musicien aux allures de fermier du grand Ouest (casquette John Deer vissée sur le crâne, salopette de travail et dégaine de cowboy) assure un grand spectacle.

 

Beauregard Dimanche-14

 

Son country-blues ravageur remporte tous les suffrages dès le premier titre et ses petites anecdotes marrantes achèvent de séduire un public complètement sous le charme.

 

Beauregard Dimanche-15

 

Entre deux titres il s'envoie un coup de rouge sur scène, directement au goulot, va directement dans le public chercher une fan pour lui chanter les yeux dans les yeux une love song de son cru et joue la carte de la connivence avec son batteur.

 

Beauregard Dimanche-17

 

Solide.

Et fascinant.

 

 Beauregard Dimanche-19

(Pas de photo depuis le crash possible, argh)    

 

Yodelice et son pop rock teinté de blues prend la suite.

Arbre fantomatique gorgé d'instruments, chapeau vissé sur le crâne et guitares décorées : le décor est planté, reste à le rendre vivant. Mission accomplie car dès le premier titre, Maxim Nucci et ses musiciens font preuve d'une énergie débordante et tout le concert semble savamment organisé. Le public rentre en transe sur le désormais classique « Sunday with a flu ». Joli moment.

 

Beauregard Dimanche-18 

 

Efficace.

 

Beauregard-Dimanche-20-copie-1.jpg

 

C'est un peu inattendu de découvrir la délicieuse Agnès Obel sur une scène de festival en plein air car sa musique semble davantage se prêter à des concerts dans des lieux à l'atmosphère feutrée.

On l'imagine aisément dans une petite salle intimiste et on redoute un peu que le public de Beauregard ne lui accorde pas l'attention qu'elle mérite.

 

Beauregard Dimanche-21 

 

Pourtant, dès les premières notes de piano un silence respectueux s'installe. Recueillement propice à l'instant.

La délicatesse de la voix et des mélodies sidère, Agnès Obel, la diva discrète laisse opérer le charme.

 

Beauregard-Dimanche-22.jpg

 

D'une élégance rare.

 

 

Bien que des drapeaux bretons aient flotté dans l'air normand d'un bout à l'autre du festival (ils sont partout ces bretons!) n'y voit pas là le signe d'adorateurs du collectif british. En effet, c'est à Andre Breton que les londoniens ont emprunté leur nom de scène. A beauregard, Breton livre un live riche, intense et généreux dont on déguste la fiévreuse montée en puissance.

 

Magnétique.

 

Beauregard-Dimanche-23.jpg

 

Damon Albarn n'est rien d'autre que l'artiste qui m'a donné le goût de la musique live. C'est lors d'un concert de Blur à l'Olympia que j'ai fait connaissance avec la musique que j'aime : rugueuse et vivante, bourrée d'imprévus fous et de saillies musicales de génie.

Depuis Blur, Damon Albarn a fait du chemin et a réussi à inscrire son nom en lettres d'or dans l'histoire de la musique en se posant en véritable défricheur de nouvelles pistes, explorateur génial dont la curiosité semble ne jamais devoir être rassasiée comme en témoignent ses aventures musicales avec Gorillaz, Africa Express ou ce nouveau projet solo défendu par un album classieux « Everyday Robots ».

 

Sur scène, dès le départ, Damon Albarn joue la carte de la proximité avec son public, descend à son contact et s'amuse de l'hystérie ainsi déclenchée.

Complice avec ses musiciens, il semble prendre un vrai plaisir à évoluer sur scène, bondissant comme à la belle époque de Blur, navigant avec d'aisance d'un titre poignant à une pépite pop dansante.

Voix puissante et assurée, musiciens hors-pairs, chorale enjouée : Le concert de Damon Albarn est aussi bon que ce que l'on en espérait -et dieu sait qu'il était attendu.

 

Beauregard-Dimanche-25.jpg 

 

Autre scène, autre ambiance, les australiens de John Butler Trio assurent un set impeccable mêlant des influences riches parfaitement dosées.

 

Beauregard-Dimanche-26.jpg

 

La magie opère d'un bout à l'autre du concert, baigné d'une musique audacieuse parfaitement maitrisée.

 

 Beauregard-Dimanche-27.jpg

 

Respect.

 

Beauregard-Dimanche-36.jpg    

 

Pour terminer en beauté cette édition 2014 du festival Beauregard, il fallait un sacré nom ; John a tranché : C'est avec les Pixies que s'achèvera la soirée.

 

 

Beauregard Dimanche-35

 

 

Voix rugueuse, mélodies apres ou soyeuses, lignes de basse imparables : le groupe mythique des années 90 sert un live vigoureux et un peu crasseux, à la hauteur des attentes.

Gonflé.

 

Beauregard Dimanche-39 

 

     Ainsi s'achève l'édition 2014 du festival Beauregard. Merci à John qui a permis aux festivaliers de vivre de beaux moments cette année encore.  Mention spéciale pour la programmation, variée, qui a su réunir un public placé sous le signe de la mixité.

 

Beauregard-Dimanche-41.jpg


A l'année prochaine, John!

XX

 

 Beauregard-Dimanche-42.jpg

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents