Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Marie Pierre Arthur Vs Charles-Baptiste : Le match

Publié par NotSoBlonde sur 5 Juin 2012, 09:00am

Catégories : #Musique

Ils ont tous deux des noms de scène terriblement boboïsants, évoluent dans le grand bain de la chanson française "moderne" et sont apparus au grand public tout récemment. Ca fait déjà pas mal de raisons de les rapprocher. OK. Mais à l'écoute, leurs projets sont très différents. Alors : qu'est ce qui les sépare?

Je te propose d'apprendre à les connaitre mieux et à les départager dans un match (c'est tendance en ce moment):

 

Marie Pierre Arthur Vs Charles-Baptiste, t'es prêt? C'est parti.

 

1. L'allure


Charles-Baptiste : Boucles serrées sur chevelure noir corbeau brillante à souhait (quel est ton secret, enfin C-B?), lunettes intello-mais-pas-trop, lippe boudeuse, costume-cravate bien sage et pose familiale autour du piano d'un appartement bourgeois : Charles-Baptiste défend sur la pochette de son EP une image lisse et proprette qui sied bien au nom de scène qu'il s'est choisi (??) (ah oui tiens d'ailleurs est-ce son vrai prénom, un pseudo? Je n'ai pas su trouver l'info). Une toute petite indication pour qui est attentif en première de couverture : le cadrage en biais qui laisse présager que derrière son allure de fils de bonne famille se cache peut être un brin de folie qui ne demande qu'à s'exprimer.

charles-baptiste-900.jpg

Marie-Pierre Arthur : Clair obscur dans les tons sépia, visage qu'on devine à peine derrière le nom de scène qui lui vole la vedette. Typographie soignée au contraste fort. Simple. Efficace. Le titre de l'album apparait discrètement en bas de la photo. Subtil.

 

mpa.jpg

Verdict : Difficile de les départager car l'une a opté pour le chic minimaliste et l'autre pour les couleurs saturées sur photo-de-famille-prête-à-encadrer. J'octroie un léger avantage à Marie-Pierre Arthur. Pour le clair-obscur.

 


2. La musique

 


Charles-Baptiste : Mélodies enlevées où le clavier est très présent (preuve que la photo choisie pour illustrer l'EP ne ment pas), refrains imparables qui donnent envie de chanter en choeur avec C-B (Surtout sur l'irrésistible "dans ma chambre d'adolescent" mais j'avoue que les cordes sur le refrain d'"Aussi cool que toi" me rendent un peu dingues).

 

 

Marie-Pierre Arthur : On l'évoque souvent comme une Feist francophone et vraiment je crois que la comparaison n'a rien d'exagéré. Même fougue dans les arrangements, grâce des intros, énergie contagieuse des refrains...MPA soutient la très classieuse comparaison.

 


Verdict : Egalité parce que MPA remporte le point pour ce qui est de la musique-à-écouter tandis que Charles-Baptiste est vainqueur dans la catégorie musique-à-chanter-et-à-danser.

 

 

3. Les textes

 


Charles-Baptiste est faussement léger quand il accumule les clichés sur la jeunesse (impossible de se retenir de sourire face à l'énumération de "ce ne sont que des jeunes"), quand il réclame l'euthanasie pour cause de divagations séniles ( dans le très politiquement incorrect "piquez moi avant" où il enchaîne les constats qu'on a tous pu faire un jour  : "ne me laissez pas râler qu'on paie trop d'impôts, ne me laissez pas devenir raciste fascisant, piquez moi avant..."), lorsqu'il dépeint sa chambre d'ado et son amour juvénile dont le spectre le hante encore (dans le morceau très pertinemment intitulé "dans ma chambre d'adolescent") ("dans ma chambre d'adolescent, tout me revient comme un coup d'vent, heureusement que j'ai foutu l'camp!"), ou encore quand il chante avec une ironie appuyée son envie de ressembler à un modèle (avec tout ce second degré revendiqué, c'est peut être mon coup de coeur après plusieurs écoutes du 4 titres)( "j'aurais au moins aimé être prévenu, que dans la vraie vie, il y a des élus (...) non mais vraiment là, j'aimerais être aussi cool que toi-aaaaaaaaaa")(j'adore)(je ris souvent en la réécoutant)(c'est dire).


 

 

 

Charles Baptiste revisite la pop française qu'il dépoussière à grand coup de second degré décapant et séduit avec son répertoire à la fois dansant et cinglant. Oui c'est possible. C-B en apporte la preuve en 4 titres. CQFD. 

 

 

 

Marie-Pierre Arthur défend l'image d'une femme forte, libre, qui aime sans s'aliéner ("Si tu savais " : "Manipuler la réalité pour mieux continuer de rêver, mon amour, ne plus jamais se quitter, ça ne pouvait pas durer, mon amour, mais pardonne moi, si tu savais, pour toi j'aurais voulu changer, j'ai menti, je ne peux pas tout abandonner, à quoi ressemblerait ma vie, si parce que je t'aime, j'oubliais tout ce que je suis") et refuse de se laisser enfermer ("Fil de soie" : "Ferme les yeux, rassure toi, tu la reverras (...) entre ces murs, elle s'ennuie déjà, elle s'élance, au bout d'un fil de soie, la nuit qui avance, te la ramènera"). Immense respect. 

 

MPA chante aussi le courage de s'en aller pour mieux pouvoir se retrouver sur All Right ("laisser les images pâlir, repenser le décor, enfin m'appartenir") ("usée jusqu'à la corde, j'ai eu beau tourner la question dans tous les sens, quand les paroles débordent, affronter l'évidence : plus je reste, plus j'ai envie du reste (...) maintenant je pars, tout près d'ici mais loin de vous, all right (ter) (...)) et la volonté d'être soi en larguant les amarres une bonne fois pour toutes ("enfin ne plus chercher à plaire (...) pour éviter de fâner"(...) Encore serrer les dents, sourire même quand y'a rien qui roule, pourquoi vouloir encore une fois faire semblant de rentrer dans le moule? Emmène moi loin du monde où tu voudras, loin de tout ce qui ne compte pas"). 


 

 

Tu l'auras compris, un vent de liberté souffle sur ces 4 titres, qui m'ont littéralement emballée.

 

Verdict : Léger avantage à Marie-Pierre Arthur parce que je suis une femme et que le modèle qu'elle défend me séduit au plus haut point. Idéal de liberté revendiquée et assumée. Amoureuse débarrassée de toute attache.

 


4. La voix

 


Bon bien entendu il n'y peut rien Charles-Baptiste, mais il n'a pas ce charmant accent canadien qui confère à la voix de Marie-Pierre Arthur ce petit je-ne-sais-quoi en plus. Voix cristalline pour elle, voix claire pour lui. Les deux sont pleines de charme.

Verdict : là encore léger avantage à MPA. Pour l'accent, essentiellement (je sais c'est injuste mais c'est comme ça).

 


5. Le clip 

 


"En route pour l'oscar" pour Charles-Baptiste.

Un titre qui n'est pas sur l'EP mais qui fleure bon la mauvaise foi masculine et le sarcasme. L'aigreur de l'amoureux éconduit, aussi. Mais c'est léger et enlevé, notamment grâce à la mélodie.

Joli mélange pour ce titre inédit (qui m'a évoqué "ma femme est une actrice", d'ailleurs, même si là il s'agirait plutôt de "mon ex est une actrice"). Côté image, bon, on sent que ce n'est pas une super-production (mais qu'attend donc Casablanca Records pour lui servir un clip-digne-de-ce-nom?) mais voilà on est sur ce que j'identifie comme un quai de Seine et il y a un semblant de scénario. C'est bien. Mais peut mieux faire.

 

 

 

 

"Si tu savais" pour Marie-Pierre Arthur


Alors là bien entendu je craque : du clair obscur comme j'aime (je ne sais plus où donc je ne te mets pas le lien mais j'ai forcément déjà dit par ici combien j'aime le clair-obscur), des projections d'inscriptions fluos directement sur la peau nue, des mouvements chorégraphiés joliment exécutés, un texte beau qui dit la difficulté d'aimer sans s'oublier, chanté avec la force qu'il faut pour appuyer ces mots, qui explique la fuite malgré l'amour, pour se protéger du pire : l'oubli de soi à travers l'autre. Qui dit avec conviction la volonté de renoncer à l'amour-fusion. J'aime. Avec passion.

 

 

 

Verdict : Le point va donc sans hésiter à MPA.

 

 

 

And The Winner Is ...

 

Marie-Pierre Arthur mais je reconnais que le combat est un peu déséquilibré compte tenu de l'état d'avancée des deux projets. J'ai vraiment beaucoup aimé et écouté les deux et je t'invite à en faire autant. Pour ce qui est du live je suis incapable de me prononcer n'ayant vu ni l'un ni l'autre mais je compte bien y remédier dès que possible. Il me semble que Charles-Baptiste est un artiste du chantier des Francofolies de cette année, je le rencontrerai donc à la Rochelle cet été, héhé...

 Bon, et toi, tu préfères qui, dis?


 


Commenter cet article

Sandra de Local 11/06/2012 14:25


J'ai découvert Charles-Baptiste pas plus tard que Samedi en première partie de la Grande Sophie. Je partais pas gagnante sur ce coup là vu qu'on avait pu un peu écouté les balances, et finalement
j'ai bien aimé le personnage et son aplomb face à un public qui n'était pas là pour lui, mais qu'il a su conquérir !

NotSoBlonde 14/06/2012 23:35



Ah ça ne m'étonne pas! et ça attise mon envie de voir l'énergumène sur scène :)



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents