Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog De La Blonde

Le Blog De La Blonde

Je fais des trucs. Plein. Parfois j'en parle ici.


Le défi de Blonde n°1 : Assister à tout un concert en 12 cm. I did it!

Publié par NotSoBlonde sur 17 Mars 2011, 11:54am

Catégories : #Le reste

MYSHOES

 

Il y a peu de temps, souviens toi, j'annonçais ici même que S. et moi avions trouvé une nouvelle idée pour nos blogs. Pour résumer il s'agit de se lancer des défis concernant le look adopté quand on assiste à un concert. Vu que c'est une activité que l'on peut qualifier de fréquente pour nous deux, les occasions ne manquent pas de mettre en pratique toutes les idées capables de germer dans nos petits cerveaux à l'imagination débordante.

Le premier défi, donc, consiste à assister à un concert tout entier juchée sur 12 cm de talons. Ne tinquiète pas, je n'ai pas eu à investir pour me lancer. non. Des talons j'en ai. Sauf que je ne les porte pas souvent presque jamais. Mais je suis bien décidée à ce que ça change. 

Pas née de la dernière pluie, je décide donc de réhabituer ses pieds à un dénivelé croissant 24h à l'avance. Bien m'en a pris j'te l'dis.

Vendredi matin, donc, il est 7 heures, quand, alors que je chausse mes ballerines ultra-confortables tout en cuir souple, je me ravise : Non, vraiment, il FAUT que je passe par l'adaptation sous peine, le lendemain, de souffrir le martyr. Me voilà donc partie pour troquer mes petits souliers tout mous contre une paire de jolis petits escarpins à noeud qui ont un talon que j'évalue à 3-4 cm (Heyraud).

Au départ tout va bien. A 9h30 je décide d'immortaliser l'instant le temps d'un café. Je suis encore toute gaie : Ce défi s'annonce hyper facile à relever! Mais bon il faut savoir que mon job consiste quand même pas mal à piétiner. Je me sens obligée de le préciser. Non que je sois en train de me chercher des excuses, tu penses bien... c'est pas ça, non. Mais à 12h30 mes pieds tout échauffés demandent un peu de répit. Le temps d'un aller-retour à la maison où, à peine le seuil de la porte franchi, je me déchausse en laissant échapper un soupir d'aise très sonore, je finis par décider que je DOIS aller au bout de cette adaptation, réussissant à me convaincre que c'est le modèle qui a conduit à l'échauffement et qu'en changeant de paire de chaussures le soulagement arrivera naturellement.

J'opte pour des escarpins bleus légèrement scintillants dont le talon chiffre à 7 cm je crois (Jonak). C'est une de mes paires de chaussures "hautes" les plus confortables alors j'ai l'impression que je ne risque pas grand chose. Malheureuse...

A 17h00 je n'en peux plus. Alors que je dois filer pour aller écouter Amos Lee au New Morning je craque et je décide de m'accorder une petite récompense : celle de passer la soirée bien à l'aise : alors je sors mes petits mocassions fauves (H&M). Et là rien à redire. Hormis que mon allure est sans aucun doute moins élégante, je retrouve le plaisir de pouvoir me dépêcher, sautiller et j'apprécie d'avoir le pas alerte et léger. Il en faut peu pour être heureux, parfois...

Le samedi finit bien sûr par arriver. Je me lève tard et ensuite je passe la journée les pieds bien à l'aise, à plat, dans du très confortable...Et quand le soir arrive, je m'équipe. Enfin j'équipe mes jolis escarpins de 12 cm de haut. Et vas-y que je te colle des patchs anti-pression tout autour du décolleté avant, et que je te plaque une demi-semelle en silicone dans chaque chaussure. Et que je te planque un rouleau de spararap et une paire de petits ciseaux dans mon sac...

Benin2011 (1 sur 1)

Parce que bon vivant rime avec prévoyant... (Attention billet non sponsorisé. Et pourtant, il mériterait...)


Et là je décide de passer le pied à l'intérieur. La déception est d'autant plus amère que - je ne sais pas pourquoi (ou plutôt si je sais : Le pouvoir de la pub)- je m'attends à un miracle.

En fait je me sens encore plus à l'étroit qu'avant. Pas la peine d'avoir fait normal sup' pour comprendre : bien sûr qu'en y plaçant tous ces adhésifs, je rajoute du volume dans mes souliers, il y a donc moins de place après pour mes pieds ce qui explique que sur le moment je me sens juste un peu plus engoncée qu'avant. Et que j'ai envie de crier à la publicité mensongère, au scandale, et d'attaquer le distributeur de ces produits-miracle en justice.

Dans un sursaut de lucidité, je prends les emballages avec moi aussi, au cas où j'aurais urgemment besoin de me séparer de mes accessoires autocollants pour cause de nécessité absolue de laisser ma chair reprendre sa densité habituelle. Parce que je te cache pas qu'en partant j'ai quand même l'impression d'être sévèrement tassée.

Au moment de monter en voiture je décide que le deal c'est d'assister à tout un concert sur 12 cm et que ça n'inclut donc pas le trajet jusqu'à la salle. De toute façon je ne sais pas conduire avec de hauts talons alors le problème est vite réglé.

Arrivée métro jaurès, je retrouve S. et j'effectue le changement. Après qu'ils aient pu occuper tout l'espace souhaité mes petits pieds ne semblent pas du tout décidés à se retrouver ainsi  comprimés. Mais je force un peu et je me lance. Au sens propre.

Il faut dire qu'on n'a pas choisi le plus simple non plus pour ce premier défi. 

Il faut surtout dire qu'on n'a pas du tout pensé à la configuration de l'endroit. Parce que le point éphémère, je sais pas si tu vois, mais on y accède à partir d'un plan incliné et que le chemin qui y mène est couvert de pavés. Quand on réalise le truc, on se dit qu'on ne va jamais y arriver sans se ramasser, au moins l'une de nous deux et on décide de descendre bras crochetés histoire d'être solidaires jusque dans la (très probable) chute. Avec notre rythme de mamies, notre prudence extrême et nos fous rires incessants, on doit avoir fière allure à ce moment précis. On se fait d'ailleurs la réflexion qu'il est vraiment dommage pour notre reportage qu'il n'y ait personne pour filmer ça, tiens...

Et puis on se dit aussi que Betty et ses copines des blogs "mode", elles charrient un peu.

C'est vrai, quoi. A les voir comme ça présenter leurs chaussures vertigineuses l'air détendu et fraîches comme la rosée, on se dit que ça doit être facile à vivre au quotidien. OMG mais, mais, mais...ces reportages seraient ils des fake(s?)?

Ou alors c'est qu'elles oublient de mentionner que ce n'est pas évident à pratiquer au quotidien. Surtout sur pavés. Et sur surface inclinée.

Ou alors le truc c'est que vu qu'elles portent toujours des modèles de créateurs il s'agit de pièces ultra confort malgré les talons insensés. Et là je demande à vérifier. Aussi si quelqu'un chez Margiela, Yurkievich ou Chloé était tenté par l'idée de nous faire revenir, S. et moi, sur notre a priori, qu'il sache que nous sommes toutes disposées à revenir sur notre première impression négative avec les TRES hauts talons. A bon entendeur...

Bon on atteint la salle quand même, sans chuter, et alors que j'avais prévu de faire la loque sur un des fauteuils histoire de rendre le défi plus facile à relever, il se trouve qu'on me demande si je peux dépanner pour une séquence vidéo et puis faire quelques photos. Oui, alors j'accepte. Mais je me dis aussi que je vais craquer au bout de la première heure. Et bien non. Je crois qu'au fond mes accessoires du départ se sont révélés fort utiles parce que j'ai gardé mes souliers toute la soirée, alors que j'ai piétiné plus que jamais. (L'avantage étant qu'à plus de 1m80, pour prendre des photos, c'est vraiment plus cool. Par contre ça gêne un peu ceux qui sont derrière. Mais comme me le faisait remarquer un artiste à la masse capillaire vraiment volumineuse, qui embarassait un peu le public qui se trouvait derrière lui dans la fosse d'un concert il y a un moment : "C'est la vie, hein").

Quand le concert se termine, on demande à F. d'immortaliser nos pieds. Histoire de préserver notre anonymat tout en nous permettant de disposer d'une photo-trophée. Mission 1 : Réussie.

 

 namaste point éphémère (1 sur 1)-72 copy

      Au premier plan mes escarpins bordeaux. Au second plan les boots noires de S.

 

Next one? Le smoky eye à la façon de la môme Momsen. On va tenter l'expérience d'un passage chez Séphora avant un concert et zou! 

PS : Si tu t'imagines que j'ai une collection de chaussures qui tue, en fait sache que non. Je n'en ai pas tant que ça. Presque toutes mes chaussures d'hiver sont là. Enfin presque...

 

 

Vu que je viens de décider que pour chaque défi j'allais m'y coller, voici les 5 commandements de celle-qui-porte-des-12 :

 

1. Sur terrain pentu JAMAIS tu ne t'aventureras.

2. Les pavés, avec grand soin, tu éviteras.

3. L'air détaché tu adopteras.

4. Tes pieds, de regarder, à tout prix tu éviteras.

5. La grimace de douleur sur ton visage quoiqu'il advienne tu réprimeras.

Amen.

 

Ah oui avant de partir je te rappelle que le concert de ce soir là était celui de Namaste et que le groupe avait invité plein d'artistes qui ont mis le feu à leurs côtés. Pour un retour en photos c'est ici.

Et puis bien entendu, comme toujours, je te quitte en musique avec un titre qui montre bien  que les chaussures, ça n'est pas toujours aussi anodin qu'il y parait. Ca peut même déclencher des crises. La preuve avec "Les souliers verts" de Lynda Lemay. (C'est pas vraiment ma came mais ça a le mérite d'être raccord avec le sujet. Un peu. Un petit peu...)

 

 


 

Commenter cet article

My little discoveries 17/03/2011 21:40



Je n'ai qu'un mot à dire: BRAVO! ;o)



NotSoBlonde 27/03/2011 11:11



MErci :) (on mérite ces acclamations :p)



ally 17/03/2011 14:05



Pas toujours évident les talons en effet, surtout sur les pavés ou les grilles d'aération quand t'as du genre talons aiguilles... Mais ca s'apprend et ca se pratique. Je sais que je suis de plus
en plus talons. Après tous les jours et marcher des km avec, c'est sur que je pourrais pas. Mais j'aime de plus en plus.
J'ai fait un showcase la dernière fois, trajet inclus, ca compte pour votre défi ? :)

J'espère qu'on aura vraiment l'occasion de se croiser, on se rate bien trop souvent ;) A bientôt



NotSoBlonde 27/03/2011 11:12



Oui écoute depuis cet "exercice périlleux" j'essaie d'en reporter de temps en temps il parait qu'avec l'habitude on s'y fait. Je trouve ça si joli et tellement dommage de les voir squatter mon
placard, attendant d'être choisis et puis passer de mode avant d'avoir eu l'occasion de  vraiment arpenter le trottoir...Alor je t'imite et je vais les porter. Non mais :)



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents